Belgique, Week-end

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Connaissez-vous Malines, ou Mechelen en flamand ? Discrète mais irrésistiblement charmante, cette petite ville située entre Bruxelles et Anvers m’a enchantée le temps d’un week-end (1 jour et 2 demi-journées plus exactement) alors qu’elle est bien trop souvent et à tord visitée en seulement quelques heures. Prenez votre temps et embarquez avec moi pour un citytrip d’un week-end à Malines en Belgique, en mode slow travel !

Pourquoi un week-end à Malines ?

En 2018, avec l’Amoureux nous sommes allés pour la première fois en Belgique. Nous avons choisi Gand, une ville flamande pour un séjour de 3 jours. Je vous raconte d’ailleurs ce week-end à Gand ici. Nous avons vraiment adoré la ville, l’ambiance, l’architecture, et beaucoup d’autres choses là-bas. Nous nous sommes donc promis de retourner en Belgique, du côté flamand au moins, pour retrouver cette ambiance et découvrir d’autres villes !

En avril 2019, lors du WAT, le salon des blogueurs de voyage, j’ai eu l’occasion de rencontrer Pascale et Clémentine, de Visit Flanders. Après quelques échanges au WAT et par mail, nous avons co-organisé un nouveau séjour en Flandre en combinant, sur ma proposition, 2 villes : Malines et Anvers. Deux villes totalement différentes que vous découvrirez au travers de mes articles 🙂

Le choix était difficile entre les différentes merveilles flamandes, mais j’ai choisi Malines car j’ai déjà vu des personnes y aller, mais seulement le temps d’une journée, soit quelques heures ! Etant fermement convaincue qu’on ne fait que survoler l’âme d’une ville en aussi peu de temps, et ayant à coeur de prendre mon temps désormais en voyage, de faire du slow travel, j’ai convaincu Clémentine que passer plus de temps à Malines serait bénéfique, pour vous et moi. Je n’avais pas tord : il y a largement de quoi faire à Malines pour y rester 2-3 jours ! Je vous emmène avec moi, vous êtes prêts ?

Mon carnet de voyage

Mes premiers pas à Malines

Je suis partie de Paris vers midi, en train. D’abord, direction Bruxelles. Le Thalys est agréable, et on se sent déjà en voyage avec les différentes langues qui flottent dans l’air. On est au tout début du mois d’août, il ne fait pas très beau. Après la canicule de fin juillet, les températures sont plus clémentes aussi.

J’arrive à Bruxelles. Il est 14h, mon ventre crie famine. Près de la gare de Bruxelles Midi, j’avais noté une petite cantine sympa, mais il était un peu tard pour déjeuner. Heureusement, leurs gâteaux et boissons sont délicieux. Je retourne à la gare. Sur les panneaux d’affichage, un train pour Malines toutes les 10min. Le suivant part dans 3 min. Le train ressemble à un RER ou un Transilien. Je me place proche d’une porte. Je ne sais pas combien de temps durent les arrêts, donc autant ne pas prendre trop de risque, surtout quand on connaît mon appétence à rater le train ou des arrêts. Les paysages défilent, les noms des villes me chatouillent les oreilles. Je suis bien en Belgique. Un autre pays. Si proche et pourtant si différent de la France.

J’arrive à Malines. Mechelen. Une pluie fine m’accueille. Je rejoins l’hôtel Muske Pitter, à 10min de la gare. Je suis accueillie par Welmoed. Je récupère les clés de la chambre, pose mes affaires et prends quelques photos de la chambre. Elle est IMMENSE et traversante. Ça change de Paris. J’étudie rapidement la carte de la ville et localise l’office de tourisme. C’est ma première étape.

Le chemin de l’hôtel à l’office de tourisme me fait passer par le pont de Vijfhoek d’où on a une superbe vue sur la Dyle (une des rivières embrassant la ville), puis par le Bruul, un genre de Champs-Elysées malinois. L’office de tourisme de Malines est quant à lui dans la Maison Echevinale. Je récupère les documents d’information sur la ville et sur les différentes activités proposées, avant d’embarquer dans de nouvelles ruelles…

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

En ce mercredi après-midi, je décide de me balader légèrement dans la partie ouest de Malines, avant de redescendre pour une croisière sur la Dyle à 18h. Mes pas me mènent devant la Tour Saint-Rombaut, la plus haute tour de Belgique, puis vers l’Eau Verte. Briques rouges et vert feuille, un délicieux apparât. Le Refuge de l’Abbaye de Saint-Trond est fermé. À chaque plaisir sa frustration ? Heureusement, le jardin du Palais Archiépiscopal est ouvert. Un écrin de verdure en pleine ville. Si vous cherchez un lieu où chaque visiteur a 1000m2 à sa disposition, c’est ici.

Calme.

Vert.

Le temps est suspendu.

Je reprends mon chemin. Proche des béguinages, je décide de ne pas y aller aujourd’hui. Je me connais : si j’y vais, je vais être en retard pour la croisière. À travers une grille, j’aperçois les statues de Cellekens, avant de longer le Melaan, un petit ruisseau qui court après la Dyle. Doucement, je reviens vers elle. Ce n’est pas évident, les briques rouges me font tourner la tête.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

En bateau sur la Dyle

J’arrive enfin à l’embarcadère au Haverwerf. J’embarque pour une croisière sur la Dyle, et étonnamment, je ne suis pas la seule « jeune ». Une jeune blonde, qui n’a pas la tête d’une touriste mais sait-on jamais, vient rehausser la moyenne d’âge avec moi. Tête en l’air comme je suis, je n’ai pas vérifié la langue de la visite, et je me laisse bercer par les mots de néerlandais qui accompagnent les clapots de l’eau. D’abord vers l’ouest, entre les bateaux et péniches, puis à l’est, jusqu’aux voies ferrées, cette croisière nous impose le doux rythme de l’eau calme de la Dyle. Débranchez votre cerveau, prenez votre temps. C’est la première fois que je fais une croisière « de touriste » en voyage (mais ce n’est pas faute de le vouloir), et le point de vue depuis une rivière est assez unique. Le capitaine me demande d’où je viens et s’excuse de ne pas avoir la visite en français. Il se met à rêver de Tahiti maintenant que je lui en parle. On est chacun dans nos pensées. Alors que je n’y pense plus, la croisière se termine.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Malines by night

Avant d’aller dîner, quoi de mieux qu’une bière belge ? Je vais donc au bar Makadam, sur la Grand-Place, prendre encore mon temps. On est en plein été, il fait bon, les terrasses sont noires de monde et la mousse coule à flot. Je vais ensuite dîner chez De Fortuyne. J’avoue, je fais un peu tâche dans ce resto de tapas bien fréquenté, avec mon ciré rouge et ma propre compagnie. Qu’importe, la serveuse qui s’occupe de moi est adorable et toute la carte me fait envie. C’est tout ce qui compte non ? Ah oui : je me ré-ga-le ! Quand je pense à tous ces plats et desserts qui n’ont pas eu l’occasion de faire chavirer mon coeur, je me dis qu’il faudra revenir et leur laisser une deuxième chance.

Je roule pour sortir. La route pour rentrer a l’air deux fois plus longue tellement mon ventre pèse. Heureusement, Malines est belle de nuit.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Chasse aux murs de street art

Après une nuit on ne peut plus reposante chez Muske Pitter et quelques appels et mails pour le boulot, j’affronte la pluie. Enfin, « j’affronte ». Depuis que j’ai mon ciré rouge (il serait temps de lui trouver un petit nom d’ailleurs, j’attends vos suggestions en commentaire), je prends presque un malin plaisir à sortir les jours de pluie. L’objectif de ce matin ? Chasser les 10 oeuvres de street art du projet « Mechelen Muurt » (« les murs de Malines ») dans le sud-ouest de la ville, grâce à une carte distribuée par l’office de tourisme. Une belle façon d’insuffler de la vie et du passage dans cette zone excentrée et dans des ruelles a priori insignifiantes pour le touriste lambda.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Découvrir Malines avec ses 5 sens grâce à Sens’ations

Je croise 2 activités en 1 : en même temps que le street art, je chasse les gourmandises du carnet Sens’ations de l’office de tourisme. Sens’ations, c’est tout simplement une nouvelle façon de découvrir une ville ! Le carnet recense plusieurs lieux où récupérer ou déguster des gourmandises pour donner une dimension gustative à la visite. Avec ma persévérance et beaucoup de plaisir et d’amusement, j’ai pu avoir 4 gourmandises sur les 6 disponibles : thé, fromage (MIAM), gâteau et un « Maneblussertjes », un biscuit en forme de lune. D’ailleurs, cette lune me permet de savoir que les Malinois sont appelés les « éteigneurs de lune » pour une raison assez rigolote.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Flâner sur le Sentier sur la Dyle

Vous l’avez peut-être vu précédemment comme moi : un sentier court sur la Dyle. Touristes et passants, tout le monde l’emprunte. J’attends depuis hier pour trouver un moment pour y passer à mon tour, et c’est maintenant. Fini le street art et Sens’ations, il est d’aller déjeuner. Je me dirige vers le marché de Vleeshalle, et adapte mon itinéraire pour passer sur la Dyle. Je retrouve le point de vue de la croisière d’hier. Une alternative donc si vous ne voulez ou n’aimez pas faire de croisière comme ça 🙂

J’ai oublié de vous dire hier, mais le long de la Dyle, il y a tout plein de villas et grandes maisons dignes de designers. J’aimerais tant me glisser telle une petite souris (ou autre chose, histoire de ne pas être écrabouillée) derrière leurs baies vitrées pour savoir quel panorama ils ont de là-haut…

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Visiter, manger ou travailler au marché de Vleeshalle

J’arrive enfin à la Vleeshalle, traduite comme « halle aux viandes ». Végétariens et vegans, ne fuyez pas : c’est un ancien nom. Aujourd’hui, la halle est transformée en food market et espace de coworking, et tout le design est bien pensé et agréable. Si vous êtes un.e indépendant.e, c’est le lieu idéal où venir pour travailler quelques heures ou quelques jours, sans compter les cafés de la ville.
J’hésite entre toutes les cuisines du monde représentées, et ce sont finalement les spécialités mexicaines qui remporte ma préférence aujourd’hui.

Monter à la plus haute tour de Belgique

Je suis passée quelques fois devant, mais cette fois, il fait beau. Il est temps de monter à la Tour Saint-Rombaut. Plus haute tour de Malines, elle joue dans la cour des grands et se hisse aussi première au niveau national. J’en profite pour vous révéler un de mes tocs : compter les marches d’escalier. Un réflexe que j’ai depuis… je ne sais plus quand. Heureusement pour vous, maintenant je sais le faire dans ma tête pour moins vous embêter. Cependant, les différentes étapes de l’ascension (pour observer roue, cloches et engrenages) me font perdre le décompte. Frustration absolue. Jusqu’à ce que j’arrive en haut. La vue est dégagée pour mon plus grand bonheur. Je distingue même l’Atomium de Bruxelles à 20km de là. Clic clic clic. Comme d’habitude, je me perds dans mes photos et mes pensées. Ça fait 15min que je suis en haut. Il est temps de redescendre.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Se promener dans le quartier des béguinages

Le ciel est encore clair. Et si on allait vers les béguinages ? Vous ne savez pas ce que c’est ? Ce sont d’anciens lieux réservés aux béguines (des femmes pieuses) avec des airs de petits villages. Et des tonnes de briques rouges. Joie absolue !
Tout droit, à gauche, à droite. Oh une petite allée de ce côté. Je me retourne, la vue change encore. Tout est beau beau beau. Et tellement intime. De temps en temps, je déplie la carte. J’ai sûrement l’air perdue, parce qu’à deux reprises, des habitants viennent m’offrir leur aide. Ils sont attentionnés avec les touristes, et toujours avec de petits yeux rieurs et plein de douceur. J’aimais la ville, maintenant j’aime ses habitants. Je pourrais m’y installer, ce serait bien plus agréable que Paris ! En plus, il y a la plus ancienne brasserie de Malines dans le quartier. Elle est pas belle la vie ? Je prends beaucoup trop de photos, mais toutes les petites ruelles le méritent. Je suis sympa, je vous fais un tri pour pas vous assumer avec 150 photos.

Mes lieux préférés dans le coin ? Le jardin de la Manufacture royale de tapisseries De Wit, la rue du Petit Béguinage (Klein Begijnhof) et la rue Acht Zalighedenstraat 😉

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Être à la campagne en 5 minutes à vélo

Il ne pleut définitivement plus pour aujourd’hui. Tant mieux, j’avais prévu de faire un peu de vélo. Vous venez ? Welmoed nous a gardé un vélo à l’hôtel et j’ai un itinéraire qui part de là justement. Encore faut-il que j’arrive à comprendre par où passer. Je tourne en rond, je ne comprends pas les routes. Le carrefour à côté de l’hôtel a beaucoup trop de branches, je ne comprends pas. Help me.
C’est bon, j’ai trouvé. La route est trop subtilement indiquée aussi. Comment ça je ne sais pas me diriger ? Je vais me vexer… Allez, on continue. Normalement, on est vite en dehors de la ville. Mais je me suis encore trompée de chemin.. Non je ne fais pas exprès ho. Ça suffit. Ceci dit, c’est vrai, regardez : on est en pleine campagne on dirait. Des vaches. Des villas au milieu de nulle part et au bord de la Dyle. Décidément, elle attire les riches cette rivière.

« J’ai les cheveux dans le vent
Le soleil, me trace la route
Qui m’emmène à travers champs
Retrouver l’amour et le printemps »

Brigitte Bardot serait donc passée par ici ? Je m’égare. Il est temps de rentrer. Est-ce que le tout petit chemin sur Google Maps est un vrai chemin dans la vraie vie ? Je demande à un bar. Mince, ils ne savent pas. Tant pis, je tente le coup. J’arrive dans un parc naturel. Bon. Avec un vélo de ville. Il tient la route, ouf. Et le chemin est un chemin de terre avec plein de racines. Je m’en sors et je rejoins la route de toute à l’heure. Toujours les cheveux au vent.
Malines, je t’aime. Même si je dois prendre une douche et que je suis déjà en retard pour le dîner.

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Faire la fête à Parkpop

Toute pimpante, je vais dîner chez De Graspoort. À la carte, des plats inspirés des cultures d’ailleurs. Ça sent bon. Je suis entourée de jeunes trente-à-quarantenaires dynamiques et branchés. Certains avec leurs parents. Je me régale, comme d’habitude. Malines aura mon summer body. C’est pas mal comme expression, en tout cas j’imagine que vous comprenez bien la situation (je tire ça de « X aura ma peau » si jamais c’est trop tiré par les cheveux).

On est jeudi soir. Qui dit jeudi soir en plein été à Malines, dit Parkpop. C’est le festival de musique de l’été, tous les jeudis soirs au Jardin botanique. Je suis fatiguée mais très curieuse. Je longe la Dyle pour me diriger vers le jardin. Impossible de ne pas deviner qu’un festival a lieu dans le coin, les ondes sonores portent loin. Plus je m’approche, plus la densité de population augmente. Des jeunes. Des moins jeunes. Des enfants. Et même des papis et mamies qui dansent les bras en l’air. Parkpop, c’est l’occasion pour toutes les générations de faire la fête. L’ambiance est incroyablement bonne. Les Belges tiennent bien l’alcool et je ne me sens nullement en insécurité. Je découvre les chansons cultes, je n’en reconnais pas les sons mais tout le monde semble les connaître et chante en choeur. Souvenirs de soirée étudiante, version flamande. La fête finit sur les coups de 23h. Ce n’est pas tard, mais les bras de Morphée m’attendent déjà.

Dernières visites sous la pluie

Aujourd’hui, il pleut. Le ciel est beaucoup plus gris que les autres jours. Je prends le temps au petit-déjeuner. L’hôtel ne lésine pas sur les quantités. J’hésite pour la suite. J’ai le choix de partir quand je veux de Malines pour rejoindre Anvers, deuxième étape du séjour. Est-ce que je prends quand même la peine de faire mes dernières visites dans Malines malgré la pluie ? Je ne veux pas de regret, donc oui. Merci mon précieux ciré rouge.

Je vais du côté est de la ville voir l’incontournable Palais de Marguerite d’Autriche. Elle est une haute figure historique de la ville. Mince, je ne vous en ai même pas parlé plus tôt. Promis, je me rattrape dans le cityguide de la ville que je publierai dans quelques jours sur ce blog. Les jardins du palais sont absolument magnifiques. Sous la pluie, ils ont une âme particulière. Je vois une femme lire sur un banc. C’est sûrement ce que j’aurais fait si je ne partais pas à Anvers ce jour-là. Elle est si paisible cette femme. A croire qu’elle fait partie du paysage, du jardin. Allez hop hop hop. Je vais jeter un coup d’oeil au  Musée Hof van Busleyden. Je repasse également devant la ruelle des caquets. On dirait un petit secret, et je m’engouffre dedans. En regardant la carte, je vois qu’elle y est recensée. J’ai déjà dit que je suis tête en l’air, non ?

C’est bon. Malines, tu es un ravissement total. Tu as rempli mon petit coeur de joie et mes yeux de merveilles. La carte SD aussi. Je prends à manger et je pars. J’espère qu’on se reverra.

Comme vous avez du comprendre, j’ai vraiment adoré Malines ! Une très très belle surprise flamande encore une fois. Mes propos sont un peu décousus, mais j’espère vous avoir fait rire et donné envie d’y aller. En plus l’automne elle doit être magnifique. L’hiver il doit faire bon se réfugier dans les musées et cafés. Et le printemps, j’en rêve. Sûrement une explosion de couleurs dans cette ville très nature. Et vous, vous en pensez quoi ? 🙂

Epinglez-moi sur Pinterest !

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Séjour en partenariat avec Visit Flanders et Visit Mechelen. Je reste cependant libre de tout le contenu créé, et reste sincère dans chacun de mes propos.