Belgique, Carnet de voyage, Week-end

Trois jours à Gand, le secret le mieux gardé d’Europe

En mai dernier, nous avons passé un long week-end à Gand, en Belgique. Souvent délaissée au profit de Bruges ou Anvers, cette capitale flamande a pourtant tout pour plaire. Nous n’en connaissions rien avant ce week-end, mais nous sommes repartis avec la promesse d’y revenir tellement cette ville nous a charmés. Je vous raconte notre week-end dans cet article, et vous pouvez retrouver mon cityguide et mes bonnes adresses dans cet article 🙂

Jour 1 – Doucement le matin, pas trop vite l’aprèm

4h30 samedi matin, le réveil déchire la nuit. Après une longue soirée arrosée pour fêter le départ en retraite d’un collègue, un départ en vadrouille n’a jamais été aussi difficile que celui-ci. Le chauffeur est au rendez-vous, et nous arrivons dans les temps à la Gare du Nord pour prendre notre Thalys direction la Belgique.

1 correspondance par Bruxelles et 2h plus tard, nous voici à Gand ! Il est encore un peu tôt pour récupérer les clés de notre Airbnb, donc nous traînons un peu à la gare pour admirer ses plafonds et passer faire un petit pipi (glamour bonjour), avant de marcher vers le quartier de notre hôte pour prendre un copieux petit-déjeuner. Après la désillusion des adresses fermées ou avec réservation obligatoire, nous avons finalement cassé la croûte chez PLUS+ avant de déposer nos affaires dans la charmante chambre louée par Sarah (et aussi propre et grande que sur les photos Airbnb). Là j’avoue que même si on l’avait oublié, le réveil très/trop matinal nous a rattrapé et que nous avons cédé aux bras de Morphée pour un dodo stratégique.

Chez PLUS+

Il est presque 14h passées. Hop hop hop, on reprend la route direction le centre-ville historique. Sur le chemin, on prend plaisir de découvrir la ville de plus en plus dès les quartiers résidentiels qui embrassent le centre : canaux, mélange de brown houses et de maisons colorées, street art, petites impasses intimes, la ville nous charme déjà. On s’attarde également dans l’église Saint-Michel (Sint-Michielskerk) que je trouve vraiment belle alors que n’importe qui me dirait qu’elle ressemble à toutes les églises qu’on peut trouver en France et en Europe. Certes, mais je l’aime quand même.

Juste derrière, on traverse enfin la Lys et on arrive dans le centre historique de Gand. On prend le temps d’abord de flâner sur le pont Saint-Michel et d’admirer le korenlei et le graslei, les rives et quais de la Lys, avant de nous rendre ver la place devant l’ancienne église Saint-Nicolas et d’aller manger à Soup’r malgré l’heure tardive. Après tout, avec ce temps hivernal, un goûter à base de soupe, pourquoi pas ?

Nous avons ensuite été au Etsy Market qui se tenait dans l’ancienne église Saint-Nicolas de Gand, où j’ai craqué pour une petite plante grasse dans son joli pot de céramique (l’histoire veut qu’elle n’ai pas survécu longtemps ensuite…), avant qu’on ne continue vers le city pavilion puis vers le Kasteel Geraard de Duivel pour ensuite revenir vers l’hôtel de ville par la rue Nederpolder, par laquelle nous sommes tombés par hasard sur le Convervatoire de Gand (« Tiens c’est marrant, (fait le tour du bâtiment) On serait pas devant une école de musique ? Ah si, le Conservatoire ! »)

Le reste de l’après-midi fut consacré à une longue balade sur le korenlei et le graslei, les quais de la Lys. Malgré le temps nuageux et froid de ce 19 mai, le coup de coeur pour cette première découverte flamande était bien là. Des maisons pas très droites, leur reflet presque parfait à la surface de la Lys, ces barques nonchalantes. Pas de doute, Gand est un véritable trésor dont la popularité n’est pas à la hauteur de ce qu’elle a à offrir.

Ah, il reste tout de même une chose à vérifier. Direction donc Trollkelder. Avec plus de 500 bières à la carte, je comprends mieux pourquoi les Belges tiennent mieux le houblon. Nous avons fait la bêtise de commencer avec des bières à 10.8 et 12°, autant vous dire que les petits saucissons (vraiment pas bons) n’ont pas suffi et que nous avons été illico à la friterie juste à côté. Nous avons vu trop gros, et nous avons décidé d’abdiquer et de rentrer nous coucher. Il était 19h, ou peut-être 20h, mais c’était une bonne journée.

Jour 2 – Soleil et street-art

Le lendemain, après un réveil comme toujours pas très matinal, nous allons bruncher chez Moor&Moor, une adresse vegan friendly. Nous ne sommes entourés que de Gantois, les seuls touristes croisés passaient devant pour rejoindre rapidement le centre historique. Je me suis donc adonné à mon activité favorite lorsque je mange : miler (mot du nord signifiant « surveiller, guetter » ou plus simplement, regarder les gens passer — merci Mathilde pour ce mot, je l’utilise toujours tu vois ?). Les Gantois ressemblent à des Danois voire des Suédois, physiquement et dans le style (vestimentaire, capillaire, etc). C’est fou comme si proche de la frontière française on peut se sentir dans un pays nordique.

Direction ensuite l’Office de Tourisme pour récupérer la carte de street-art de Gand, car la ville est connue pour ça. Et même si on ne le sait pas, on le devine très rapidement ! Nous avons cherché je pense 10 voire 15 oeuvres de street-art, dont certaines que nous avions déjà vues sur le chemin Airbnb/centre-ville, ainsi que LA fameuse rue dont les murs sont dédiés au street-art. Nous continuerons cette chasse au street-art toute la journée, façonnant ainsi de nouvelles balades au fil des rues et des canaux de Gand.

Nous avons redécouvert tous les lieux vus la veille, mais avec du soleil et d’autres températures. C’est presque étrange de pouvoir goûter à l’hiver et à l’été du jour au lendemain, le même week-end. Tant que ça reste dans ce sens, on ne se plaint pas.

Nous sommes aussi tombés sur une jolie rue décorée avec des guirlandes qui ressemblent aux guirlandes mexicaines pour la Día de muertos au Mexique, avant de rejoindre la place du marché du vendredi. C’est drôle parce que nous y sommes passés la veille, mais je n’avais alors pas remarqué les arbres déjà tous verts. Ils étaient vraiment comme ça la veille ?

De même, le ciel bleu change tout de la vue sur les canaux. Je trouve les deux photogéniques, mais il faut bien avouer qu’avoir du beau temps à un moment est plus agréable.

Comme chaque journée chaude d’été, nous avons pris une glace, cette fois chez une glacière face au Château des Comtes de Flandres. Voir des gens participer à un jeu de piste et courir dans tous les sens nous occupait et nous fatiguait à la fois. Bon ok, nous avons peut-être essayer de chercher ce qu’ils cherchaient après avoir vu 3 ou 4 groupes fouilles une même statue en l’espace de 20 minutes. L’enquête fut veine, mais le sorbet à la rose délicieux !

Il était déjà presque 17h, l’heure parfaite pour prendre de la hauteur depuis le Beffroi. On se dépêche, on s’attarde dans le beffroi, où des histoires de dragons et de clochers nous sont contées, avant de découvrir les toits de la ville par une douce lumière. Les Gantois profitent de chaque terrasse ou mètre carré d’herbe verte pour profiter de ces derniers instant ensoleillés de ce 20 mai 2018.

Ensuite vous connaissez la chanson : on s’est promenés, le long du korenlei  et du graslei. On a pris des bières mais cette fois en prenant soin de commencer par des 4-6° et en prenant des frites arrivées aux 10-12°. Puis le soir venu, nous avons mangé une pizza chez Otomat Heavenly Pizza, et sommes restés pour voir les quais et la ville illuminés de nuit. Malheureusement, c’est aussi le moment qu’a choisie ma carte SD pour annoncer ne plus avoir de place. Après une vaine tentative d’aller récupérer une autre carte au Airbnb, j’ai finalement pris quelques clichés à l’iPhone.

Jour 3 – Balade à vélo

Ce dernier jour était férié (lundi de Pentecôte), et nous n’avions pas regardé où nous pouvions mangé. Après quelques recherches rapides, nous étions contents de voir que Huize Colette, une adresse souvent recommandée pour les petits-déjeuners et brunch, était ouvert ! Le menu brunch n’était plus disponible mais qu’importe, leur carte très riche permettait de composer soi-même son brunch. C’était absolument délicieux et on sentait bien qu’ils utilisaient des produits sains (par exemple de la vraie pâte à tartiner à la noisette italienne plutôt que du Nutella).

Le programme de la journée était de prendre son temps et louer des vélos. La panse pleine. Oui bien sûr. Eh bien c’est quand même ce que nous avons fait, et l’Amoureux avait trouvé un itinéraire de 26km qui faisait le tour de la ville (vous pouvez retrouver l’itinéraire dans mon cityguide de Gand). Comme dit précédemment, je ne pouvais plus prendre de photos, mais je n’ai absolument aucun remords de ne rien pouvoir partager ici, comme ça vous serez bien obligés d’aller découvrir cette ville à vélo de vos propres yeux ! Je peux juste vous dire que nous sommes passés par de petits ports, des parcs, au bord d’autoroutes, le long de canaux et à travers des pavillons.

Je vous avoue que je redoutais un peu cette activité, car il y a un peu plus de 5 ans, je me suis blessé aux genoux en faisant du vélo (d’abord un genou puis l’autre 2 mois plus tard). Finalement, tout s’est bien passé. Nous avons fait les 26km en 2h30 de mémoire, en prenant notre temps.

Enfin, nous avons acheté des cuberdons (les « petits nez de Gand », une spécialité sucrée) et mangé des gaufres. Je vous déconseille d’ailleurs fortement de manger des gaufres, c’est vraiment une arnaque (12€ une gaufre, même très garnie, qui achète ça ?!). Par contre les cuberdons nous ont permis de prolonger le séjour une fois rentrés, un régal !

Hop on a récupéré nos affaires chez Sarah, puis nous avons marché jusqu’à Paul’s Boutique Burger pour prendre des burgers à emporter avant de rejoindre la gare.

J’espère que ce long article vous a plu ! J’ai essayé de ne pas trop m’étendre dans les écrits pour compenser le trop plein de photos, mais je ne pouvais pas me résigner à en enlever davantage car Gand a été un véritable coup de coeur.

Que pensez-vous de Gand ? Est-ce que ce carnet de voyage (ou plutôt de week-end) vous a donné envie de découvrir cette ville belge trop méconnue ? Je ne connais aucune autre ville de Belgique pour l’instant, mais j’ai la ferme conviction que Gand mérite d’être visitée, même si vous connaissez Bruxelles, Bruges ou encore Anvers 🙂

Epinglez-moi sur Pinterest !