Escapade, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Week-end

Les calanques de Cassis

La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis

On se retrouve pour la suite des mes aventures en Provence, dont la première partie vous est racontée ici. Après la visite des gorges du Verdon et de Moustiers-Sainte-Marie, je suis descendue plus au sud, pour voir la mer et visiter les grandes villes de Provence qui bordent (ou presque) la Méditerranée. J’ai également pu me rendre dans un lieu dont j’avais entendu parler et qui représentait un genre d’exotisme pour la petite Polynésienne que je suis : les calanques de Cassis !

Depuis que je suis en France, j’ai souvent eu droit à la remarque : “La mer ne te manque pas trop ? Ça doit te changer de Tahiti ici !” Ce à quoi je réponds souvent “Dans les îles, nous avons la mer, mais il ne faut pas oublier les montagnes !” Je dois tout de même avouer que la remarque est parfois justifiée, et que je me sens “revivre” lorsque je suis près de l’eau et que l’air marin remplace la pollution des (grandes) villes.

Pour clore mes jours de vacances dans le Sud avant de débuter mon stage, une visite des calanques de Cassis s’imposait donc tout naturellement. Étant chargée comme une mule avec le pique-nique et le matériel photo, je n’ai pu visiter que la calanque la plus accessible depuis Cassis : la calanque de Port-Miou. Elle est assez longue et abrite un port de plaisance. Au bout de celui-ci, une plage de rochers accueillait ceux qui osaient s’y aventurer. C’était l’endroit parfait pour déjeuner.

La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis
La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis
La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis

J’ai découvert que les calanques se méritent (« sans blague ! » me direz-vous). D’un, il faut trouver un parking, de deux, il faut… marcher. Nous ne nous étions pas du tout renseignés, et ne savions donc pas qu’il fallait un peu marcher et à la limite être équipés comme pour une rando. Ou au moins ne pas avoir des enclumes dans nos sacs, c’est-à-dire sac d’appareil photo, glacière de nourriture, etc. Heureusement, nous avons tout de même atteint la calanque de Port-Miou, la plus proche, et elle en valait déjà largement la peine.

La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis
La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis
La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis

J’ai toujours eu pour habitude d’envoyer des cartes postales à ma famille à chaque déplacement lorsque le temps me permet de trouver des cartes et des timbres qui me correspondent. Pour cette escapade en Provence, j’ai choisi deux cartes illustrant deux paysages propres à la région : des champs de lavande (pas encore fleuris en ce début de mois de juin) et une calanque. J’avais initialement prévu de visiter la calanque d’En-Vau mais ne trouvant pas de carte avec celle-ci, j’en ai pris une de la calanque de Port-Miou, dont le point de vue est exactement le même que sur la photo ci-dessus ! Ces cartes représentent bien l’esprit des coins de Provence que j’ai visités, leur quiétude et leur air de vacances. Qu’en pensez-vous ?

Cartes postales de Provence et des calanques de Cassis
Cartes postales de Provence
Carte postale des calanques de Cassis - La calanque de Port-Miou

Pour finir, je vous montre mon tout premier essai d’effet explozoom, ou zooming, un effet photographique assez particulier qui consiste à zoomer/dézoomer pendant le déclenchement. Merci à l’Amoureux pour l’idée, à réessayer une prochaine fois pour sûr !

La calanque de Port-Miou, une des calanques de Cassis

J’espère que cet article sur cet après-midi dans les calanques de Cassis vous a plu et qu’il vous a fait oublier un moment la météo capricieuse.

Bonne semaine 🙂

Epinglez-moi sur Pinterest !