Babillages

Babillages #25

Pour ces derniers Babillages de l’année, et parce que les derniers remonte à… avril (!), je vous propose une rétrospective culturelle depuis mai. Je ne vous parlerai pas de tout, mais seulement de ce que j’ai aimé et que j’estime intéressant pour vous ! Au programme : films, livres, magazines, voyages, etc.

Pour celles et ceux qui me suivent depuis peu, vous devez vous demander c’est quoi les Babillages…

« Babillage : action de babiller, de parler très vite, parfois avec charme, pour dire des choses futiles ; propos puérils. » Définition selon le dictionnaire Larousse. C’est également le nom des cassettes audio sur lesquelles étaient enregistrés des moments anodins de mon enfance, des moments où, comme tous les enfants, je parlais de tout et de rien avec cette petite voix empreinte d’innocence. C’est comme cela que j’ai choisi d’appeler mes articles mensuels (normalement, mais il y en a plus eu depuis avril, désolée !) sur mes découvertes culturelles, que ce soit des photos, des vidéos, des films, des musiques, etc. et sur tout autre sujet du quotidien 🙂

Film

Comme d’habitude, depuis qu’on est à Paris, l’Amoureux et moi allons régulièrement au cinéma. Enfin, à peu près tous les mois quoi. Il faut dire que les places à 4,90€ pour les -26 ans, c’est plus qu’alléchant ! Voici quelques films que nous avons vu au cinéma, et un sur Netflix. A quelques exceptions près, on choisit beaucoup nos films sur la qualité de la réalisation (Parasite),  et/ou le sujet traité — souvent grave d’ailleurs — (Au nom de la terre, Hors normes, Les Misérables), mais en fin d’année, j’apprécie un peu plus les films plus légers et joyeux (Docteur ?), et films d’animation (KlausLa Reine des neiges).

Parasite

Synopsis: Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

Sorti début juin 2019 et réalisé par le Coréen Joon-ho Bong (OkjaSnowpiercer), Parasite est un thriller assez… loufoque, étonnant, et souvent malaisant. Ce n’est vraiment pas le genre de film que j’ai l’habitude de voir ni d’aimer, mais je peux affirmer une chose : il mérite largement ses 11 nominations et son Prix des Cinémas Art et Essai au Festival de Cannes. Si vous êtes une âme sensible comme moi mais que vous aimez les très bons films (jeu d’acteur, réalisation, intrigue), vous pouvez le regarder. Il n’y a que peu de scènes vraiment dures visuellement.

Au nom de la terre

Synopsis: Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

Réalisé par Edouard Bergeon, le fils de l’agriculteur incarné par Guillaume Canet, Au nom de la terre est un cri du cœur. Un cri de désespoir. Un appel à l’aide. Il montre la réalité des agriculteurs français, depuis des décennies. Celle d’hommes et de femmes qui sacrifient leur vie, leur santé, leurs rêves, au profit des industriels et parce que l’Etat ne les considère pas assez.

Hors normes

Synopsis: Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés « d’hyper complexes ». Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes.

La première scène du film est poignante et vous prend aux tripes. C’est le résumé du film en entier, basé sur une histoire vraie. Le duo Eric Toledano / Olivier Nakache (Intouchables) frappe fort encore une fois avec ce film qui met le doigt sur une réalité invisible : la prise en charge des personnes autistes — et en général des  dont aucun organisme officiel ne peut ou ne veut s’occuper.

Les Misérables

Synopsis: Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…

La situation des banlieues en France. Des banlieues jugées « problématiques » plus exactement. Celles où la police ne sait plus agir autrement que par la violence. Où la limite entre « gentils » et « méchants » n’est plus si évidente que ça.
Regarder Les Misérables, le dernier film de Ladj Ly, c’est (encore une fois) affronter une vérité invisibilisée.

Docteur ?

Synopsis: C’est le soir de Noël. Les parisiens les plus chanceux se préparent à déballer leurs cadeaux en famille. D’autres regardent la télévision seuls chez eux. D’autres encore, comme Serge, travaillent. Serge est le seul SOS-Médecin de garde ce soir-là. Ses collègues se sont tous défilés. De toute façon il n’a plus son mot à dire car il a pris trop de libertés avec l’exercice de la médecine, et la radiation lui pend au nez. Les visites s’enchaînent et Serge essaye de suivre le rythme, de mauvaise grâce, quand tombe l’adresse de sa prochaine consultation. C’est celle de Rose, une relation de famille, qui l’appelle à l’aide. Il arrive sur les lieux en même temps qu’un livreur Uber Eats, Malek, lui aussi de service ce soir-là…

Des barres de rire pendant 1h30 (sauf peut-être pour les médecins et étudiants en médecine 😅), c’est la promesse de ce film !
PS : ne regardez pas la bande-annonce si vous ne voulez pas être trop spoilé pour les blagues !

La Reine des neiges 2

Synopsis: Pourquoi Elsa est-elle née avec des pouvoirs magiques ? La jeune fille rêve de l’apprendre, mais la réponse met son royaume en danger. Avec l’aide d’Anna, Kristoff, Olaf et Sven, Elsa entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges 2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver…

Bon, j’imagine que je n’ai pas trop besoin de présenter ce célèbre film d’animation de Disney ? 😂 J’avoue que j’étais réticente d’aller voir ce 2ème à cause de « Libérée Délivrééééée » qui me tape sur les nerfs, mais je vous rassure : dans ce film, Elsa elle-même condamne cette chanson 😏 J’ai été aussi très agréablement surprise de ce 2ème opus : très moderne (avec des clins d’oeil à de nombreux sujets de société actuels), plus adulte, plus affirmé dans la sororité et l’aventure, La Reine des neiges est définitivement féministe. A voir, de 4 à 99 ans !

Klaus

Synopsis: Jesper, qui s’est distingué comme le pire élève de son école de facteurs, écope d’une mission sur une île enneigée, au nord du Cercle arctique. Là-bas, les habitants ne s’entendent pas et ne se parlent presque jamais. Autant dire qu’ils n’entretiennent pas non plus de correspondance ! Alors que Jesper est sur le point d’abandonner, il trouve une alliée en la personne d’Alva, l’institutrice de l’île, et fait la connaissance de Klaus, mystérieux menuisier qui vit seul dans son chalet regorgeant de jouets artisanaux. Grâce à ces relations amicales inattendues, la petite ville de Smeerensburg retrouve la joie de vivre. C’est ainsi que ses habitants découvrent la générosité entre voisins, les contes de fée et la tradition des chaussettes soigneusement accrochées à la cheminée pour Noël !

Klaus est le plus beau film de Noël sur Netflix cette année ! Ce film d’animation réalisé par Sergio Pablos (Moi, Moche et Méchant) sort un peu de l’ordinaire par son scénario, le cadre et les paysages (qui font beaucoup penser au fin fond de la Norvège ou la Suède plutôt qu’à des forêts alpines), et la beauté des images !

Série TV

Ces derniers mois, j’ai regardé vraiment pas mal de séries pour combler mes pauses déjeuner surtout. Eh oui, depuis que je ne suis plus salariée, je n’ai plus de collègue avec qui déjeuner et discuter donc je regarde 1 épisode de série pour faire une « vraie » pause déj (RIP The Good Wife 💔). Je ne vous ai mis que les séries encore disponibles, que je regarde sur Netflix, que j’aime jusqu’au bout (contrairement à certaines qui partent dans des délires insupportables comme Riverdale, ou m’ennuient désormais comme Les Demoiselles du Téléphone) et que j’estime intéressantes pour vous !

Suits

Synopsis: Avocat très ambitieux d’une grosse firme de Manhattan, Harvey Specter a besoin de quelqu’un pour l’épauler. Son choix se porte sur Mike Ross, un jeune homme très brillant mais sans diplôme, doté d’un talent certain et d’une mémoire photographique très précieuse. Ensemble, ils forment une équipe gagnante, prête à relever tous les défis. Mike devra cependant user de toutes les ruses pour maintenir sa place sans que personne ne découvre qu’il n’a jamais passé l’examen du barreau.

Unbelievable

Synopsis: L’histoire vraie de Marie, une adolescente accusée d’avoir menti sur le fait d’avoir été violée, et de l’enquête menée par deux détectives.

Atypical

Synopsis: En quête d’amour et d’indépendance, Sam, un jeune autiste de 18 ans découvre les aléas du passage à l’âge adulte. À la fois drôle et douloureux, ce cheminement à la découverte de lui-même bouleverse toute sa famille dont les membres, confrontés aux changements qui affectent leur propre existence, se posent cette question fondamentale : que signifie être normal ?

Designated Survivor

Synopsis: Après un attentat qui a tué tous ses confrères,Tom Kirkman, un membre du gouvernement des Etats-Unis, est nommé Président. Pas du tout préparé, il se retrouve en une nuit à la Maison Blanche avec sa femme et ses enfants, alors que le monde entier scrute ses premiers pas en tant que commandant en chef de la nation…

Podcast

Même si je fonctionne plutôt par « phases » (quelques mois je lis beaucoup de livres, puis les livres laissent la place aux podcasts, puis aux magazines, etc.), j’ai écouté quand même pas mal de podcasts ces derniers mois. Voici ceux que j’écoute le plus régulièrement, avec au programme : entreprenariat, réseaux sociaux, questions raciales et histoires en tout genre.

Le Super Daily

C’est vraiment LE podcast que j’écoute tous les jours le matin ! Le Super Daily traite de l’actualité social media, c’est-à-dire des réseaux sociaux, tous les jours pendant 20 minutes et avec 2 chroniqueurs au moins. C’est dynamique, très intéressant, instructif et facile à écouter. Si vous avez un blog ou que vous avez besoin des réseaux sociaux pour une activité, ce podcast devrait vous être très utile !

Young, Wild & Freelance

Comme son nom l’indique, ce podcast est pour toutes celles et ceux qui veulent se lancer en / se lancent en / sont freelances ! Thomas Burbidge, le créateur du podcast, produit 2 types d’épisodes : des interviews avec des freelances qui témoignent de leur expérience, et des épisodes où il approfondit un aspect de la vie de freelance en particulier. On sent que Thomas est passionné par les divers sujets de l’entreprenariat (même qu’il est prêt à faire 7h de train en un jour pour rencontrer des intervenants !) Si vous aimez écouter des podcasts dans une ambiance posée et remplis de bons conseils, allez écouter celui-ci.

Être soi

Animé par la douce voix de Julie Kinoko, le podcast Être soi nous aide à construire une vie professionnelle qui nous ressemble. Entre épisodes d’1h avec un.e freelance, et courts épisodes de 15-20 min où Julie donne son expérience et ses conseils sur un sujet en particulier, c’est un RDV hebdomadaire agréable qui permet d’avoir un petit coup de boost et/ou relativiser dans son quotidien de freelance. J’apprends beaucoup avec Être soi, au point de noircir des pages de carnets pour ne pas oublier les conseils prodigués !

Tribu Indé

Tout comme Young, Wild & Freelance, ce podcast nous parle des indépendants, des freelances. Créé et animé par Alexis Minchella, Tribu Indé est plus dynamique que son collègue, mais chaque épisode dure également plus longtemps (de 1h15 à 1h30). Il faut donc avoir un peu de temps devant soit pour écouter les interviews et les conseils donnés, mais ça en fait un podcast parfait à écouter lorsqu’on travaille sur des tâches qui ne demandent pas toute notre concentration 😄

Si vous vous demandez quelle(s) différence(s) il y a avec Young, Wild & Freelance et Être soi, je dirais juste que Thomas, Julie et Alexis n’ont pas la même personnalité et que selon la vôtre, vous aurez peut-être plus d’affinités avec l’un.e ou l’autre, et avec les intervenants choisis 🙂

Kiffe ta race

On change de sujet et on passe à des questions de société. Kiffe ta race est un podcast animé par Rokhaya Diallo et Grace Ly, et qui explore les questions raciales. Concrètement, on y parle de race, racisme, personnes racisées, racialisées, etc. On découvre le monde du point de vue des personnes « non blanches ». J’aime particulièrement ce podcast parce que c’est vraiment la première fois que j’entends d’autres personnes raconter les mêmes histoires que celles que j’ai vécues et que je continue à vivre depuis que je suis en Métropole, tout ça parce que je suis mate de peau avec des yeux bridés. J’aime ce podcast parce que grâce à lui, je peux enfin mettre des mots sur mes maux (et c’est bien le cas de le dire), et j’entends enfin des gens confirmer que je ne suis pas parano, contrairement à ce que certains proches (amis blancs plus précisément) m’ont dit.
Ce n’est pas parce qu’on est ouvert et non raciste que le racisme n’existe pas ou qu’il faut minimiser ce que vivent les victimes, et ce podcast permet d’ouvrir les yeux sur le sujet.

Transfert

Transfert, ce sont des histoires de gens comme vous et moi, qui ont vécu des histoires très marquantes, parfois tristes, parfois troublantes, parfois sans vrai dénouement. Mais toujours, ce sont des histoires qui tiennent en haleine.

Magazine

Allez, une dernière rubrique « Culture » avant de passer aux voyages et à ma vie d’entrepreneure ! Pas de livre dans ces Babillages car je n’en ai pas beaucoup lu ces derniers mois (enfin, surtout je n’en ai pas terminé parce que je n’ai pas souhaité y consacrer plus de temps). A la place, je vais donc vous présenter quelques magazines que je dévore avec beaucoup de plaisir et de curiosité ces derniers mois. Il faut savoir que depuis que je sais lire, ma mère nous achetait des magazines régulièrement et que c’est une passion que j’ai toujours eue ! Depuis que je suis entrepreneure, je prends encore plus de plaisir à en lire. Le seul problème est de sélectionner les sujets car il y en a trop qui m’intéressent 😅 En voici donc une petite poignée autour des thèmes de l’entreprenariat, l’aventure et la culture générale.

Les Others

Est-ce que j’ai vraiment besoin de présenter le magazine du collectif Les Others ? Si vous aimez l’aventure, c’est un classique ! Au départ, Les Others c’est un blog d’aventure. Le magazine éponyme existe depuis 2015 et le 10ème numéro est sorti le mois dernier. Le collectif produit également un podcast, Les Baladeurs (que je n’écoute pas assez régulièrement car pour le coup, c’est une expérience sonore à part entière et qu’il ne faut rien faire à côté), et une newsletter, Boussole (inscription sur la page d’accueil de leur site).
Que dire du magazine ? Si vous aimez les beaux magazines, les belles photos, les graphismes soignés, des aventures en tout genre, en France et ailleurs, alors n’attendez plus longtemps pour vous procurer un des numéros encore disponibles 😉

Fréquence : Semestriel
Prix en France métro. : 16€ l’unité. Attention, se commande uniquement en ligne, pas dispo en kiosque.

Welcome to the jungle

Dernier magazine que je dévore pas mal aussi ces derniers mois ! Si le nom ne vous dit rien, Welcome to the jungle (WTTJ) est, à la base, une plateforme d’annonces de jobs dans des start-ups avec un blog sur le sujet du travail : efficacité, productivité, bien-être, management, recrutement, entreprenariat, reconversion, etc. Ça a un peu évolué depuis, mais toujours est-il que WTTJ continue à produire du contenu sur le travail pour faire évoluer un peu la vision que les Français ont de celui-ci.

Le slogan du magazine ? « On passe un tiers de nos vies à bosser, autant lire le bon magazine ». A bon entendeur 😉

 avecFréquence : Trimestriel
Prix en France métro. : 6,90€ l’unité / 24€ l’abonnement annuel

Zadig

Je suis tombée sur Zadig avant l’été, en laissant mes yeux errer dans un kiosque de la gare Saint-Lazare en attendant un train. Zadig, c’est « Toutes les France qui racontent une France ». Le magazine approfondit donc des sujets de société typiquement français, nous reconnecte à nos campagnes et territoires isolés, nous (re)donne envie de découvrir cet incroyable pays qu’est la France. Hors des  clichés, hors des oeillères des média. Oui, même si ç’en est un aussi.

Fréquence : Trimestriel
Prix en France métro. : 19€ l’unité / 69€ l’abonnement annuel

L’Eléphant

Sur les conseils de mon amie Aurélie (@oree.lumineuse sur Instagram), je me suis enfin procuré le dernier numéro de L’Eléphant il y a quelques jours, et c’est une très très belle découverte ! Cette revue de culture générale balaie vraiment de nombreux thèmes, avec un dossier pour chacun dans chaque numéro : économie, sciences, littérature, philosophie, psychologie, musique, histoire, etc. et même des sujets plus précis, comme l’océanographie dans le dernier numéro. Les graphismes sont travaillés et agréables, et j’aime le fait qu’il y ait un résumé à la fin de chaque dossier, avec des recommandations de lecture pour approfondir les sujets, et même des jeux par-ci par-là pour tester notre attention et « muscler le cerveau » 😉
Je recommande vraiment ce magazine, et il existe une version junior pour les plus jeunes.

Fréquence : Trimestriel
Prix en France métro. : 16€ l’unité / 64€ l’abonnement annuel – Différentes formules d’abonnement (avec ou sans engagement), packs, hors séries, etc. sur la boutique de la revue

Voyage & week-ends

Eté en Polynésie : une première pour l’Amoureux

Vous le savez sûrement, mais je suis rentrée en Polynésie en juillet, et pour la première fois, j’ai embarqué dans ma valise l’Amoureux ! Comme je l’expliquais dans cet article sur Rimatara, le gros défi était de construire un voyage qui concilie nos 2 profils de voyageur : l’un qui découvre le pays pour la première fois, l’autre qui est locale et a déjà paaaas mal vadrouillé dans les îles. Nous avons choisi de visiter quelques « classiques », avec Moorea (l’île soeur de Tahiti) et Rangiroa (le plus grand atoll et le plus visité de l’archipel des Tuamotu), mais aussi de découvrir des îles plus secrètes, avec 2 îles de l’archipel des Australes : Rurutu et Rimatara (pour en savoir plus sur les archipels et la géographie de la Polynésie, jetez un coup d’oeil à mon guide de la Polynésie). Nous avons passé relativement peu de temps sur Tahiti même, et il a été consacré essentiellement à voir ma famille, aller au Heiva pour que l’Amoureux voie au moins une fois dans sa vie ce festival incroyable, et à des projets professionnels.

J’ai à peine commencé à publier les articles de ce voyage, avec le carnet de voyage à Rimatara et un focus sur son artisanat, mais ne vous inquiétez pas, la suite arrive dans les prochaines semaines !

Rimatara , l'île méconnue de Polynésie. Sites naturels, artisanat, vie insulaire aux Australes !
Rimatara , l'île méconnue de Polynésie. Sites naturels, artisanat, vie insulaire aux Australes !

Retour en Flandre 🇧🇪

J’avais 3 objectifs voyage pour cette année 2019. Le 1er était de retourner en Belgique, plus précisément en Flandre. Après notre visite coup de coeur de Gand en 2018, l’Amoureux et moi nous sommes promis de revenir très vite en terre flamande. Très vite voulant dire « en 2019 ».  J’ai rencontré Visit Flanders pendant le WAT19, et cette rencontre + notre envie initiale ont fait aboutir une belle collaboration pour visiter Malines et Anvers cet été 🙂

Week-end à Anvers : découverte atypique et trendy de la capitale flamande
Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique
Week-end à Anvers : découverte atypique et trendy de la capitale flamande

Occitanie : un « objectif » voyage 2019 bien rempli

Le 2ème objectif voyage était de découvrir — enfin ! — le Sud-Ouest. Cette immense région désormais réunie sous le nom Occitanie. Alors que Toulouse est l’une des « capitales des Tahitiens » comme je les appelle, je n’y étais jamais allée, ni dans la ville, ni dans la région. J’ai clairement pas loupé cet objectif car je suis allée 3 fois à Toulouse cette année (en avril, en septembre et en octobre), mais à chaque fois avec et/ou pour des amis et la famille donc je n’ai pas fait beaucoup la touriste en soi. J’ai également découvert les Pyrénées-Orientales fin mai avec mes amies Laëtitia du blog Kikimagtravel et Julie du blog Jolies Lueurs puis je suis retournée à Perpignan début septembre pour le festival de photojournalisme Visa pour l’image. Enfin, j’ai fait 3 belles rencontres au WAT19 qui m’ont permis de visiter 2 beaux départements d’Occitanie au début de l’automne : le Tarn-et-Garonne et l’Aveyron, avec un hébergement d’exception dans l’Aveyron, les Villas de Labro.

Vous pourrez remarquer que je n’ai pas encore parlé de toutes ces destinations sur le blog et que la catégorie Occitanie est encore bien vide, mais je me rattrape ces prochains mois, promis ! 😉

Dans les rues de Toulouse
Saint-Antonin-Noble-Val dans le Tarn-et-Garonne
Le plateau de l'Aubrac en Aveyron

Dans ma vie d’entrepreneure

Comme je l’ai dit dans les Babillages de mars, j’ai démissionné ce même mois pour me lancer à mon compte en tant que photographe ! Je savais alors ce que je voulais faire, mais ce que je ne savais pas encore, c’est que c’était trop ambitieux. Trop de projets, trop d’investissements, pas assez d’idées ordonnées. Ces 8 derniers mois n’ont pas été de tout repos. Je vous détaille tout un peu plus demain dans mon bilan de l’année, mais voici quelques grandes lignes de mon aventure entreprenariale ces derniers mois.

Mes premiers clients

Après quelques semaines intenses à essayer d’organiser mon activité (enfin, mon activité ? mes activités ? c’était et c’est encore un peu flou), j’ai eu quelques bonnes fées qui m’ont aidé à avoir mes premiers clients. Je pense notamment à Marie-Charlotte et à Amandine & Ben qui m’ont accueillie chez eux avant l’arrivée de leur petite Hanaé. J’ai eu mes premiers clients grâce à eux en avril, de quoi donner un coup de boost en ce début d’activité 🙂

Je suis télépilote de drone brevetée !

La législation sur les drones en France s’étant durcie, et parce que je voulais partager des vidéos et photos de drone, j’ai décidé de passer le brevet de télépilote de drone en prévision de notre voyage en Polynésie. J’ai décidé ça mi mai, pour un voyage fin juin… J’ai donc préparé la théorie seule en 2 semaines et l’ai passé en candidat libre début juin à Lille (réussi du 1er coup à mon grand soulagement parce que je n’avais plus de date après). J’ai ensuite passé une semaine de formation pratique dans l’Ain mi-juin pour valider l’obtention du brevet.

Je n’ai pas encore publié l’article sur le passage du brevet, mais ne vous inquiétez pas, il est toujours dans ma liste de brouillons. J’attends la nouvelle année car les règles changent encore un peu…

Laisser pour plus tard quelques projets…

Ces premiers mois acharnés m’ont fait me rendre à l’évidence : j’essayais de faire trop de choses à la fois. J’éparpillais mon temps, mon énergie, mon argent et je n’arrivais pas à monter une activité viable. J’ai choisi de laisser pour plus tard quelques idées, comme la photographie d’artisans. Peut-être que je retrouverai ça en 2020, mais ces dernières semaines m’ont fait réaliser qu’il y a d’autres choses avec lesquelles je suis plus à l’aise et pour lesquelles je trouverais peut-être plus de boulot. A suivre…

… et avoir du mal à reprendre certains

Enfin, il y a un projet que je ne vous ai toujours pas dévoilé (mais qui vous concerne de manière indirecte) qui a débuté en 2018 et que je peine à mener à bien. Je compte bien y arriver début 2020, mais je vais devoir un peu bousculer mon agenda et mes priorités pour lui faire de la place. Ceci dit, je n’ai pas le choix car j’ai déjà signé avec des partenaires sur le projet. Heureusement, des proches m’ont donné de nouvelles motivations pour le finir rapidement. A suivre donc !

Récap des derniers articles

Jusqu’au 15 juin 2019, vous pouvez découvrir à la Maison du Japon à Paris les otsu-e, des peintures populaires de l’époque d’Edo. Ces peintures propres de la ville d’Otsu au Japon sont aujourd’hui rassemblées en une exposition dédiée pour la première fois en Europe. J’ai été invitée à l’inauguration de cette expo, où différents ateliers permettaient de découvrir la ville d’Otsu et les otsu-e. Je vous montre tout ça !

Cela fait maintenant plus de 3 ans cumulés que je vis à Paris ou en région parisienne, et ça fait presque autant de temps que je me dis que je devrais à découvrir la région, sans vraiment prendre le temps pour le faire. C’est donc avec plaisir que j’ai accepté l’invitation du Département des Yvelines (78) à découvrir avec d’autres blogueurs une partie de leur territoire : la vallée de Chevreuse. Pendant 2 jours, j’ai découvert cette vallée qui a tout pour plaire aux Parisiens (et non Parisiens !) qui cherchent du vert et des activités variées. Je vous montre donc quoi faire en vallée de Chevreuse, une destination nature et patrimoine en Île-de-France !

Connaissez-vous Malines, ou Mechelen en flamand ? Discrète mais irrésistiblement charmante, cette petite ville située entre Bruxelles et Anvers m’a enchantée le temps d’un week-end (1 jour et 2 demi-journées plus exactement) alors qu’elle est bien trop souvent et à tord visitée en seulement quelques heures. Prenez votre temps et embarquez avec moi pour un citytrip d’un week-end à Malines en Belgique, en mode slow travel !

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Vous souhaitez visiter Malines lors d’un séjour ou d’un week-end en Belgique ? Vous cherchez des bonnes adresses ? Grâce à ce cityguide réalisé après un séjour de 3 jours dans cette ville, gardez toutes les informations et mes conseils sous la main pour organiser votre séjour. Pour seulement quelques heures ou bien pour plusieurs jours, Malines saura vous émerveiller 🙂

Week-end à Malines : citytrip en slow travel en Belgique

Même si je travaille quasiment uniquement sur les écrans (pour mon activité de photographe et de celle de blog), je suis une grande adepte de papier. J’adore lire des blogs et des sites pour découvrir de nouveaux coins de la planète, mais j’ai un faible pour les livres pour puiser l’inspiration. Si vous cherchez un beau livre de voyage, vous êtes au bon endroit ! Je vous présente les miens : ceux que je feuillette pour l’inspiration, pour découvrir d’autres cultures, et pour aider à organiser mes voyages.

Inspiration : mes (beaux) livres de voyage - S'inspirer, comprendre une culture et organiser son voyage

Vous allez bientôt visiter Anvers, et vous vous demander quoi voir et/ou quoi faire là-bas ? et quelles sont les bonnes adresses à Anvers ? Alors vous êtes au bon endroit ! J’ai eu l’occasion de passer 3 jours à Anvers et je vous donne tous mes conseils pour bien profiter de cette ville multi-culturelle et atypique.

Week-end à Anvers : découverte atypique et trendy de la capitale flamande

Après quelques jours à Malines cet été, j’ai passé un week-end à Anvers (ou Antwerpen en néerlandais) avant de rentrer. C’était ma première visite de cette ville. Deuxième plus grande ville ville de Belgique, elle n’a rien à voir avec Gand et Malines, plus typiques, et est loin de tout ce que j’imaginais. Moderne, atypique, trendy, cosmopolite : Anvers a fait voler en éclat toutes mes idées de la Belgique flamande. J’ai eu plus de mal à l’apprécier dès le départ, mais cette ville a su me charmer petit à petit. Je vous raconte tout !

PS : vous pouvez d’ores et déjà retrouver tous mes conseils, lieux, activités et bonnes adresses dans mon cityguide d’Anvers 🙂

Week-end à Anvers : découverte atypique et trendy de la capitale flamande

En début d’automne, j’ai eu l’occasion de découvrir l’Aveyron, un département jusqu’alors totalement inconnu pour moi mais qui assouvit un peu plus ma soif d’Occitanie. Je vous présente l’hébergement de ce séjour : les Villas de Labro, à Espalion. Un écrin design et luxe au coeur de la nature aveyronnaise pour un séjour au ressourçant.

Rimatara est une toute petite île de même pas 9 km2 dans l’archipel des Australes, en Polynésie. Préservée du tourisme de masse et peu visitée des touristes locaux, elle mérite son surnom d’île méconnue de Polynésie. J’y suis allée pour la première fois cet été et j’ai été bluffée par la beauté et les richesses de cette île ! Attachez vos ceintures, c’est parti !

Rimatara , l'île méconnue de Polynésie. Sites naturels, artisanat, vie insulaire aux Australes !

Après une première immersion à Rimatara, une petite île de l’archipel des Australes surnommée « l’île méconnue » des Australes, intéressons-nous à l’artisanat de l’île. Elle est réputée dans toute la Polynésie pour le tressage, la vannerie et la culture de pandanus, la plante utilisée pour les 2 premières spécialités. Je vous montre tout ce que nous avons appris lors d’un atelier d’initiation à ces savoir-faire avec Nelly.