Humeur

Un tour de cadran

Vingt-quatre. Chiffre symbolique d’un jour complet, d’un cycle inévitable. Vingt-quatre heures. Un tour de cadran, ou plutôt deux. « Tu n’as pas encore fait un tour de cadran, tu ne peux pas poser tes congés payés ». Autrement dit : tu n’as pas encore le droit de faire ce que tu veux. Expression de la frustration, désormais mon expression symbolique de l’entrée dans la vie d’adulte. Vingt-quatre ans, un tour de cadran. En plus, ça rime.

L’image est sûrement tirée par les cheveux, mais c’est comme ça que je réfléchis souvent. De manière imagée. C’est du Vaikehu tout craché. Alors parfois, ça tombe vraiment sous le sens, parfois non et je suis la seule à être profondément touchée ou bien à rire.

J’ose toutefois espérer que vous avez compris l’idée : le chiffre 24 marque de manière symbolique la fin d’un cycle et le début d’un nouveau. C’est donc tout naturellement (pour moi !) que 24 ans marque la fin de cette vie « insouciante », celle où je vis grâce à/aux dépens de/sous la protection de mes parents. Désormais, j’ai une indépendance financière qui me permet de dire, selon la définition plus ou moins donnée par notre société, « je suis une adulte ».

Alors je me suis dit : maintenant que j’entre dans un nouveau cycle, pourquoi ne pas réfléchir à ce que j’aimerais accomplir. Pas seulement en terme de voyages, ceux-ci sont loin de résumer ma vie, même si ce blog le laisse parfois penser. Non, il y a bien d’autres choses qui me font vibrer. Et j’ai décidé que cette année, j’allais moins me censurer à propos de ces thèmes qui rencontrent moins de succès sur ce blog.

 

Voici 7 choses que j’aimerais un jour accomplir dans ma vie d’adulte :

Vivre d’un métier qui soit en harmonie avec mes valeurs

Pour ceux qui ne le savent pas, je suis ingénieure. Comme beaucoup d’ingénieurs, je travaille dans un grand groupe. Et plus le temps passe, plus j’ai du mal à répondre aux traditionnelles questions « Où travailles-tu ? », « Dans quelle boite/quel groupe ? », « Tu fais quoi exactement ? » ou pire « Est-ce que ça te plait ? » sans bafouiller, sans en avoir un petit peu honte. Pourquoi ? Parce que plus ça va et plus au cours de discussions avec les collègues, je me rends compte qu’un malaise profond grandit en moi parce que, bien qu’à mon échelle, mon métier et mon travail sont tout à fait honorables, à grande échelle, c’est-à-dire à l’échelle du groupe, j’enfreins mes valeurs morales et éthiques. Et ce serait le cas dans n’importe quel grand groupe.

C’est une des raisons pour laquelle je cherche à lancer une activité de photographe en freelance. J’aimerais d’ailleurs parfois parler d’entreprenariat sur ce blog, et c’est sûrement ce que je ferai lorsque j’aurai un peu plus d’expérience. Pas forcément pour donner des conseils, mais au moins pour faire des retours d’expérience, et parce que l’entreprenariat est un sujet qui m’exalte autant si ce n’est plus que le voyage.

Pour ceux qui s’interrogent, j’en parlais dans mes projets de cette année : je me lance en tant que photographe d’artisans et créatifs, mais également pour les mariages et familles. Je travaille actuellement sur mon site internet avec l’Amoureux, le logo avec Laura Lhuillier, et sur mes offres avec une étude de marché.
Aujourd’hui, je garde mon emploi actuel, le temps de lancer mon activité et qu’elle prenne, et car j’ai besoin de fonds pour me lancer. Ce n’est pas l’idéal pour mes valeurs, mais être une charge pour mes proches n’est pas envisageable actuellement. On verra de quoi l’avenir sera fait, mais je travaillerai j’espère assez pour pouvoir réaliser cela.

Sensibiliser et m’engager pour les causes qui me tiennent à cœur

En lien avec le point précédent, j’aimerais non seulement que mon métier, c’est-à-dire ce qui me permet de vivre soit en accord avec mes valeurs, mais j’aimerais également m’engager de manière plus « concrète ». Cela passe par la sensibilisation, dans mon entourage et à plus grande échelle (ce blog pourrait être un canal), mais également par des actions de ma part, bénévolement ou en lien direct avec mon activité professionnelle (ce serait le top du top).

Le gros travail sera de sélectionner ce pour quoi je donne (mon temps ou mon argent). Evidemment, je peux m’engager un temps pour une cause, puis pour une autre cause, j’ai de nombreuses années pour le faire. En espérant qu’à chaque fois, il ne soit pas trop tard bien entendu…

Participer au Heiva i Tahiti

De deux manières différentes : la plus « challengeante » serait en tant que danseuse (pas soliste, juste danseuse). Ceci n’implique pas forcément d’être l’une des meilleures danseuses de ori tahiti (danse tahitienne), mais plutôt d’être disponible car les répétitions durent 4 à 6 mois, à raison d’au moins 3-4 fois par semaine, d’entretenir une bonne condition physique, et d’en avoir envie bien sûr ! Pour ma part, cela signifie que je devrais passer au moins 6 mois (de février à juillet) une fois dans ma nouvelle vie d’adulte à Tahiti.

L’autre façon dont j’aimerais y participer est en tant que photographe, car tout est tellement beau, et c’est un beau défi que de retranscrire l’ambiance, la force des chants et danses, et la beauté des costumes. Je rêve de le faire aussi bien que l’association Matareva qui regroupe plusieurs photographes locaux qui promeuvent, à travers les clichés du Heiva chaque année, la culture polynésienne. A mon échelle, j’ai « la chance » de vivre en Métropole, et j’aimerais que ma visibilité dans ce pays serve la promotion de cet événement, et de la Polynésie.

Faire rayonner la Polynésie (au-delà des clichés)

Je pense que c’est quelque chose qui m’a toujours tenu à cœur. D’ailleurs, si vous connaissez des Polynésiens, vous devez savoir comme on aime notre pays, parfois au point d’être trop chauvins haha.

Au cours de ma vie, je souhaite faire rayonner la Polynésie. Même si c’est un pays qui a « la chance » de jouir d’une bonne réputation de par le monde, je suis toujours frustrée que la vision qu’on en a soit réduite aux plages et aux lagons turquoise. La Polynésie, c’est bien plus que ça.

En parler sur mon blog est je pense une façon de faire, et c’est donc quelque chose que je continuerai, sans surprise. J’ai d’autres projets ou idées de projets pour cela, j’espère pouvoir en faire quelque chose. On me dit dans l’oreillette qu’un gros projet dont je vous parlerai bientôt est en cours, et qu’il aboutira en 2020… 🙂

Œuvrer pour le développement de la Polynésie

« Est-ce que tu comptes retourner vivre en Polynésie ? ». Cette question, on me la pose beacuoup. Très souvent même. Et j’y réponds toujours par « Pour l’instant ce n’est pas dans mes projets ». La réalité est beaucoup plus complexe que ça, car intimement et depuis toujours, au même titre que faire rayonner la Polynésie, j’ai toujours voulu travailler en amont, travailler à son développement : économique, social, touristique, mais en particulier technologique. Sa situation géographique ne facilite pas l’import de produits, mais de services non plus, et la Polynésie accuse un important retard technologique, qui s’explique de plusieurs façons (tiens, je pourrais même écrire un article voire un livre dessus, tellement le sujet est complexe).

D’une certaine manière, j’aimerais vraiment œuvrer à ce développement, mon expérience en Métropole et ce que j’ai vu en voyage apportant une expertise extérieure associée à une connaissance des particularités du territoire.

Ma première pierre à l’édifice : un carnet d’idées que je tenais et que je compte reprendre, dans lequel je note des idées de services, de produits, répandus en Métropole ou ailleurs, et qui n’existent pas en Polynésie alors qu’il y a (sûrement) un besoin. Reste à savoir comment transmettre ces idées à des gens qui pourraient travailler dessus. Ceci n’est qu’un axe bien sûr. Encore une fois, advienne que pourra de mes idées et projets !

Voir des aurores boréales

On est dans un tout autre registre par rapport aux voeux précédents, mais un de mes rêves est de voir des aurores boréales ! C’est un rêve pour beaucoup déjà, mais quand on vient d’une île, c’est vraiment l’exotisme ultime 🙂

Faire un long roadtrip en Europe

Et là, un rêve qui grandit de jour en jour avec mon amour pour l’Europe et les voyages où on prend son temps : un jour, j’aimerais partir quelques semaines, quelques mois, voire un an ou plus s’il le faut, faire un long voyage en roadtrip en Europe ! En roadtrip pour aller où on veut, quand on veut, avec autant d’affaires qu’on veut et peut-être des animaux (Mila !). Pourquoi un long voyage ? Parce qu’il y a un nombre incroyable de régions et d’endroits que je rêve de visiter, et ce dans absolument TOUS les pays d’Europe ! Alors un jour qui sait, peut-être que je ferai ce roadtrip, ou peut-être que ce voyage prendra une autre forme, ou se fera en plusieurs chapitres.

Et vous, à partir de quel moment avez-vous eu l’impression d’être « adulte » ? Qu’aimeriez-vous accomplir dans votre vie ?