Babillages

Babillages #21

Hello par ici ! Les Babillages arrivent avec un peu de retard, mais si vous suivez le blog, vous avez du deviner pourquoi avec l’activité des derniers jours. Et si vous ne savez pas, pas de panique, je vous explique pourquoi ici 🙂

PS : ces Babillages sont un peu longs !

Cinéma – Girl

Le choix pour notre première séance ciné du mois (oui parce qu’il y en a eu 2 exceptionnellement) a été un peu chaotique : je voulais voir Capharnaüm, l’Amoureux voulait voir First Man. Finalement, nous avons été voir Girl pour des raisons logistiques.

Girl est un film belge réalisé par le jeune Lukas Dhont qui nous raconte l’histoire de Lara, une adolescente née avec un sexe masculin, aspirant à devenir danseuse étoile. Le décor est planté, et on imagine déjà les difficultés que peut rencontrer Lara, déjà sur le changement de sexe et d’identité, difficile à gérer à cet âge-là, mais aussi et surtout, sur l’apprentissage d’une discipline aussi difficile que la danse classique, surtout qu’elle doit passer du côté des hommes au côté des femmes, avec le travail des pointes.

Girl est sorti au Festival de Cannes 2018 et a remporté de nombreux prix, dont la Caméra d’Or, à juste titre. L’interprétation de l’acteur principal, Victor Polster, est très juste et saisissante, malgré le fait qu’il ne soit pas transgenre lui-même (ce dont j’étais pourtant persuadée tellement il est incroyable !). Le film ne laisse pas de place aux fioritures, le réalisateur est allé à l’essentiel. Nous suivons Lara dans ses interactions avec ses camarades et ses efforts d’intégration (pas toujours évidente), dans ses difficultés à se confier à un parent pourtant si compréhensif, dans sa recherche d’identité sexuelle, et surtout, dans ses cours de danse (j’ai personnellement toujours aimé les films de danse – danse classique, street dance, etc).

Girl est un film très sensible que je recommande fortement !

Livre – No Home, Yaa Gyasi

Inspirée par Tania, j’ai lu mon premier roman africain. Premier mais pas des moindres, puisqu’il s’agit de No Home de Yaa Gyasi, qui a  travaillé pendant 7 années à sa rédaction et qui a étudié à Stanford. A travers No Home, Yaa Gyasi nous raconte la longue histoire de la traite des Noirs et de leurs descendants, de ceux qui sont restés en Afrique et de ceux qui ont émigré de force aux Etats-Unis, à travers des personnages de chaque génération depuis la première jusqu’à aujourd’hui. Ce livre est poignant et extrêmement bien écrit. N’ayant jamais lu d’auteur ou autrice Africain.e avant, je me demandais si j’allais bien comprendre les subtilités du livre, mais mes doutes se sont envolés dès les trois premières phrases. Je n’ai pas l’impression que l’autrice ait « lissé » les aspects les plus sombres de l’Histoire, mais elle n’est pas non plus tombée dans la pitié. Elle a réussi à aborder différents aspects de l’esclavage, de ceux qui le subissaient et des tortionnaires (Blancs ou Noirs), tout en humanisant, en donnant des noms et des visages, aux millions d’esclaves qui n’ont pas eu la chance de vivre pour eux.

L’un des meilleurs romans de l’année certainement !

Casse-Noisette avec le Ballet National de Chine

Petite info qui n’intéressera peut-être personne parce que j’en ai pas parlé et que je ne suis pas sûre d’avoir des amateurs de danse par ici, mais ce mois d’octobre, j’ai passé un très bon moment en allant voir un ballet ! J’ai été voir Casse-Noisette avec le Ballet National de Chine à la Seine Musicale, dans le sud-ouest de Paris. C’est le troisième ballet que je vais voir de mémoire, mais les premiers datent un peu (c’était il y a 5-6 ans à l’Opéra Bastille). Comme je l’ai dit plus haut, j’adore regarder des films de danse, mais en voir en vrai c’est encore mieux ! 😉

La danse de manière générale est un art que je n’avais jamais pratiqué réellement avant cette année (je me suis mise à la danse tahitienne en avril pour info 🙂 ) mais c’est un art qui m’a toujours fasciné, et sous toutes ses formes (ou presque), pour tout le travail que ça implique pour arriver à un niveau de grâce tel qu’il donne l’impression que c’est « facile ».

Bref, là je suis tombée sur les affiches de Casse-Noisette dans le métro et j’ai rapidement trouvé quelqu’un avec qui y aller avec des places qui débutaient à 25€ seulement. Bon j’avoue, on était mal placés normalement, sur le côté et tout au fond de la salle, mais sur place nous avons eu de meilleures places heureusement.

Je n’avais pas regardé la bande-annonce (que je vous mets ci-dessous) et je ne savais donc pas que la pièce était revisitée à la chinoise. C’était très étonnant et à la fois « rafraichissant ». J’étais agréablement surprise par certains tableaux et costumes (j’ai littéralement failli verser une larme sur certains duos tellement c’était beau) même si j’ai moins aimé les premiers, où il y avait trop de couleurs et de mouvements dans tous les sens. Je suis peut-être très « classique » finalement, j’aime quand les rangées sont bien claires, et les danseur.se.s synchros haha ! Enfin bref, c’était chouette, et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je voulais revenir vivre à Paris quelques temps : pour le paysage culturel riche et dynamique. Ce ballet par exemple a été annoncé quelques jours avant la première dans le métro, et il n’y a eu des représentations que pendant 2 semaines !

Un week-end raclette & rando

Ce mois-ci, j’ai également pu faire quelque chose que je voulais depuis trèèèès longtemps : faire une rando dans le Vercors ! Vous le savez sûrement, j’ai étudié à Grenoble pendant plusieurs années (3 ans et demi exactement), mais pour des raisons de santé, je n’avais jamais pu randonner, malgré que j’aie essayé plusieurs fois ! Bref, cette fois, avec deux de mes meilleurs amis, nous avons bloqué le long week-end de la Toussaint pour se retrouver à Grenoble, randonner et bien sûr profiter des douceurs de la ville (raclette <3 ). Tout ne s’est pas passé exactement comme prévu parce qu’on est les rois des boulets quand on est réunis, mais nous avons bien été randonner jusqu’à la Dent du Loup, qui promettait une vue superbe. Sauf que nous n’avions pas prévu le brouillard qui nous a suivi littéralement jusqu’au dernier mètre (et merci les nuages de vous être bougés !), ni que les 700m de dénivelé seraient non pas répartis sur la boucle, mais sur les 2 premiers kilomètres 😭 Autant vous dire que j’ai voulu arrêter à peu près tous les 10m.

Bref, une fois arrivés en haut, quand le brouillard s’est dissipé et a révélé la vue sur la Dent du Loup d’un côté, et les massifs de Chartreuse et de Belledonne de l’autre côté, c’était clairement la meilleure récompense possible. Et la raclette avec du fromage des Alpages, la meilleure fromagerie du monde aussi ! (le fromager qui l’a fondée a vraiment été élu Meilleur Fromager du Monde, en plus d’être MOF !). Un bon week-end en somme qu’on a hâte de recommencer pour découvrir d’autres jolis coins !

Un bout de la Chartreuse à gauche, de Belledonne au fond, et du Vercors au premier plan, les trois massifs grenoblois

Cinéma – Capharnaüm

Dernier point culture et pas des moindres : nous avons été voir Capharnaüm au cinéma le 31 octobre. Pas de Halloween donc, mais des larmes versées pour ce film extrêmement difficile.

Le topo : Zain porte plainte pour ses parents pour l’avoir mis au monde. On découvre ainsi la vie d’un jeune garçon, l’aîné d’une fratrie qui n’a pas la chance d’aller à l’école ni d’avoir une enfance, qui se bat pour que ses frères, soeurs et lui ne soient pas juste des « choses » qui peuvent rapporter de l’argent à ses parents. On découvre la vie de ces familles sans moyens qui vivent dans des taudis, la mendicité, le travail au noir, les arnaqueurs et esclavagistes modernes, la prison, la différence d’éducation entre une famille qui veut des enfants comme moyen de survie et ceux qui aiment et protègent leurs progénitures, que la notion de « crime » ou de « délit » est relative, etc.

Très peu de bruit a été fait autour de ce film, qui « malheureusement » pour lui est sorti dans la même période que First Man et A Star is Born, et pourtant il mérite autant de médiatisation et bien plus de public. Certes, il n’est pas joyeux, mais on n’en ressort tout sauf indifférent. Pour tout vous dire, je crois même que tout le monde dans la salle a pleuré à la fin. En tout cas, au moins nous-mêmes et tous nos voisins pour sûr.

Une nouvelle identité pour le blog !

Vous avez du remarquer, mais le blog a changé d’identité visuelle 😀 Il a enfin un logo digne de ce nom grâce à Marine, qui a fait un excellent travail à partir de mes inspirations et mes envies. J’ai souhaité un logo qui allie le voyage et mon exotisme (la neige, les aurores boréales, le grand froid, la montagne, les forêts), et mes origines polynésiennes dont je suis on ne peut plus fière. C’est ainsi qu’est né le nouveau logo, où le pointeau (icône GPS) représente le voyage, et est toujours accompagné de son « ombre » en forme de feuille de tiare tahiti, la fleur emblématique de la Polynésie. De plus, le rond dans le pointeau peut faire penser à une perle de Tahiti ou bien à la planète Terre, et ainsi faire référence à mes valeurs éthiques et environnementales. Enfin, vous reconnaitrez à travers les couleurs, celles de l’océan et des lagons turquoise, mais également celles des aurores boréales 😉

J’ai eu déjà énormément de retours très positifs, et j’espère que pour vous qui le découvrez, vous aimez autant que moi 🙂

Nouveau projet : un eshop sur le blog

Dernier point de ces Babillages : j’ai ouvert un eshop sur le blog 😀 J’y vends des tirages photos Fine Art de photos que vous pouvez retrouver sur le blog, ainsi que des cartes postales. J’espère sincèrement que ça vous plaira et que ça vous donnera des idées de cadeaux à offrir, notamment en cette période de Noël qui approche. Si vous avez des questions, vous trouverez sûrement les réponses dans cette FAQ, mais n’hésitez pas à me les poser sinon (soit ici en commentaire, soit par message privé sur les réseaux sociaux, soit en m’envoyant un mail), j’y répondrai avec plaisir ! 🙂

Pour accéder à l’eshop : il vous suffit de cliquer sur l’onglet SHOP dans le menu en haut à gauche du blog 😉

Cartes postales Tikehau
Tirage Bouée de Pêche

Récap’ des articles du mois

Deuxième ou troisième ville de France selon les classements, Lyon est pourtant relativement méconnue. A force d’y passer pendant mes études (c’est la grande ville la plus proche de Grenoble, ça aide), j’ai appris à aimer l’ancienne capitale des Gaules. Je n’y suis cependant jamais restée plus de quelques heures d’affilée, et c’est pour la première fois cet été que j’y ai passé un week-end entier avec l’Amoureux. Je vous emmène avec nous, à la découverte de la culture lyonnaise…

Fin septembre, l’Amoureux et moi avons découvert l’Albanie, un des pays les moins connus de l’Europe, dans les Balkans. Ce voyage de 9 jours était court et intense et nous a donné déjà un grand aperçu du pays, de son histoire et de ses habitants. Je vous donne ici mes impressions sur ce pays plein de surprises 🙂

Il y a bientôt 9 mois déjà, je rentrais à Tahiti pour mes premières vraies vacances, une période de « off » absolu entre les études et le début de la vie active. Comme d’habitude, mes parents m’ont proposé un séjour dans les îles, et cette fois, c’est à Tikehau que j’allais savourer pleinement mes vacances.

Hellooooo ! Aujourd’hui est un jour très particulier pour moi : je lance un eshop sur le blog ! Je vous en dis plus dans cet article, en essayant de répondre à toutes vos questions 🙂