Conseils photo, Photographie

Soigner sa composition

Après un premier article « photographie » pour apprendre à regarder, je continue aujourd’hui avec un autre aspect important en photographie : la composition. Vous trouverez donc ici des règles et des conseils pour améliorer la composition de vos photos, et qui ne nécessitent pas de logiciels spécifiques ni de matériel photo particulier, mais surtout une attention des détails au moment de la prise de vue 🙂

Pour rappel et comme je l’ai expliqué dans le premier article photographie « Apprendre à regarder », la composition (en photographie et dans les autres arts visuels) est la structure de l’image. Ainsi, elle désigne par exemple la position et l’agencement des différents éléments entre eux et dans l’image, et soigner sa composition fait partie du travail du photographe. Mais pourquoi soigner sa composition et comment le faire ?

Lorsqu’on prend une photo, c’est évidemment pour montrer quelque chose : une personne, un objet, une scène de vie, un paysage (naturel ou urbain), etc. On peut aussi vouloir retranscrire une émotion, montrer la beauté de ce qui a retenu notre attention. Cependant, il n’y aurait pas d’intérêt à faire de la photographie et à prendre une photo si elle ne touche pas, si elle n’impacte pas le spectateur, si elle ne le marque pas (au moins sur l’instant) puisque l’art s’adresse « aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l’intellect » (Wikipédia).

Soigner sa composition donne de la force à vos images et les conseils suivants sont là pour vous aider en ce sens 🙂

Définir ce qui entre dans le cadre

Avant de chercher à travailler et appliquer des conseils sur la composition, il est important de définir ce que vous voulez montrer dans votre image, ce qui reste dans le cadre de la photo. Il faut apprendre ou se rappeler que lorsqu’un sujet vous plaît, vous pouvez (et devez) choisir ce qui peut ou doit rester dans le cadre, ce que vous souhaitez que le spectateur voie et a contrario, ce que le spectateur n’a pas besoin de voir. C’est par ce choix que commence le travail de composition et le travail du photographe, et c’est ce qui fera la différence avec des photos que je dirais « de débutant » ou « de vacances » (sans vouloir offenser personne, j’espère que vous ne me comprendrez pas mal ^^).

Lorsque vous avez défini ce que vous voulez laisser dans le cadre, il faut prendre soin de ne pas laisser au hasard tout ce qui pourrait retenir l’attention du spectateur ailleurs que sur votre sujet (qui peut être une personne, un objet, une scène, une forme, etc). Vous avez alors le choix soit d’essayer de cadrer à la prise de vue de sorte que les éléments « parasites » ne soient pas sur la photo, soit de recadrer lors du développement.

Règle des tiers

Une des règles les plus connues en composition est la règle des tiers. Elle consiste à :

  • mentalement diviser la photo en 3 verticalement et horizontalement. On obtient ainsi 4 lignes (2 verticales et 2 horizontales) qui donnent 9 cases et 4 « points forts » que sont les intersections des lignes,
  • puis à faire coïncider les éléments linéaires de la photo avec les lignes du quadrillage ou les diagonales, et à placer les éléments clés de la photo sur les points forts
photographie-photography-tips-conseils-composition-regle-tiers-quadrillage-vaienvadrouille

Pourquoi respecter cette règle ? Pour donner plus de force et d’impact à votre image. Ce sera souvent le cas par rapport à une photo centrée (verticalement et/ou horizontalement), mais évidemment, il y a des exceptions. Je vous conseille toutefois d’appliquer la règle des tiers, de comparer vos photos et de voir si vous voyez une différence. Observez aussi les photos des gens dont vous appréciez le travail, et regardez s’il y a un travail sur la position des éléments, notamment en comparant avec la règle des tiers. Vous remarquerez sûrement que beaucoup l’appliquent.

Précision #1: il n’est pas nécessaire de composer son image suivant toutes les lignes et tous les points forts à la fois, cela ne serait pas possible de toute façon. Vous pouvez suivre la règle des tiers suivant une ligne ou un point, et ça suffit. Par exemple pour les portraits, si vous pensez qu’un portrait est centré et ne suit donc pas les lignes verticales, vous pourrez toutefois remarquer que les yeux, eux, sont sur la ligne horizontale du tiers haut, et même parfois sur les points forts de cette ligne. A vous de voir en fonction de votre image, de ce que souhaitez représenter, comment vous pouvez travailler votre composition suivant la règle des tiers 🙂

Précision #2: il n’est pas non plus forcément nécessaire de vous appliquer à caser vos éléments pile suivant le quadrillage, vous pouvez être un peu à côté, personne ne viendra mesurer si vous avez respecté la règle au pixel près 😉 Il faut surtout s’approprier cette règle et comprendre comment elle vous permet de donner plus de « force » à vos image.

Quelques exemples concrets

Un paysage classique est celui d’une vue sur la mer/l’océan. Suivant la règle des tiers, il convient de placer son horizon (redressé pour qu’il soit droit !) sur la ligne du tiers bas ou du tiers haut. Le choix de la ligne est à votre convenance, suivant ce que vous souhaitez montrer

  • sur le tiers bas, vous aurez 2/3 de ciel sur la photo, donc l’importance est donnée au ciel,
  • sur le tiers haut, vous aurez 2/3 de l’image avec plage/mer/océan, donc vous devinez la suite : ce sont ces éléments qui sont mis en valeur.

A vous de voir en fonction de votre image ce qu’il vaut mieux privilégier bien évidemment.

Voici un exemple :

J’ai choisi ici de placer mon horizon à 2/3 pour concentrer l’attention du spectateur sur l’eau et ses magnifiques couleurs. Vous pouvez aussi remarquer que les bateaux, les petits points blancs qui perturbent la couleur de l’eau sont sur un point fort, en haut à droite.

Comme j’en parlais plus haut, un autre exemple est le portrait. Ici je n’ai pas un portrait classique, mais le portrait d’un animal, en format paysage. Soit, mais le principe reste le même :

Pour une photo de portrait, ce sont les yeux du sujet qui vont attirer le regard, et ce sont donc les yeux qu’il faut essayer de caler sur une ligne ou les points forts.

Ici, l’oeil droit (sa droite à lui) du cheval est sur un point fort de l’image.

Enfin, voici quelques photos en vrac pour vous donner d’autres exemples, donc certaines photos ont déjà été publiés sur le blog 😉

Changer ses point et angle de prise de vue

Une chose que j’ai appris en photographie, c’est de bouger et changer de point et d’angle de vue. Pour cela, lorsque vous souhaitez capturer un sujet, demandez-vous si bouger et changer de place, d’angle de prise de vue, ne serait pas mieux (cf paragraphe suivant : « Faciliter la lecture de l’image »). Vous pouvez par exemple

  • avancer ou reculer, de peu ou de plusieurs mètres,
  • vous décaler sur la gauche ou la droite,
  • vous mettre à la hauteur du sujet soit en prenant de la hauteur ou en vous baissant,
  • ou bien encore choisir un angle de vue original, par exemple en contre-plongée ou en légère plongée.

Ainsi, vous jouez avec les différents plans des éléments de l’image, avec la taille de ses éléments, leurs ombres, etc. Tout autant de paramètres qui vont vous permettre de mettre votre sujet en valeur. Changer de point de vue peut vous aider à :

  • respecter la règle des tiers,
  • éliminer des éléments parasites qui « polluent » la photo voire rendent sa lecture difficile,
  • réussir à faire rentrer des éléments entiers dans la photo (par exemple un immeuble en prenant la photo de plus bas) et donc vous éviter de couper une partie du sujet (par exemple pour un portrait),
  • avoir une vue plus avantageuse d’un sujet.

Ce que je vous conseille de faire, c’est de prendre plusieurs photos du même endroit, du même sujet, en changeant de point de vue. Vous pourrez ensuite comparer et voir les changements, pour choisir la photo que vous préférez. Mais je vous conseille vraiment de bouger plutôt que rester debout, et n’hésitez pas à vous baissez ou au contraire à trouver un point de vue plus élevé, plus dégagé, tant qu’il mette en valeur votre sujet.

Quelques exemples concrets

Exemples:

  •  baissez-vous à hauteur d’enfant lorsque vous les prenez en photo plutôt que rester debout et les prendre en plongée,
  • mettez-vous au centre d’un pont pour avoir une vue symétrique et baissez un peu l’appareil, vous donnerez plus de profondeur à votre perspective car vous serez plus « immergés »,
  • rapprochez-vous ou reculez pour faire jouer la perspective et la position des éléments, par exemple des bâtiments entre eux.
DSC01742-lepuy-velay-haute-loire-auvergne-rhone-alpes-france-photography-composition-tips-vaienvadrouille

Voici un exemple avec des images prises dans la ville du Puy-en-Velay en Haute-Loire. Au Puy, il y a deux dykes, des « pics rocheux », l’un avec une statue la chapelle Saint-Michel et l’autre avec la statue de Notre-Dame de France, devant lequel on trouve la fameuse cathédrale Notre-Dame du Puy.

Depuis un parking, je voulais prendre une photo du Puy et de ses toits que la cathédrale et la statue Notre-Dame surplombaient. Cependant, on voit dans la première image que des immeubles en premier plan empêchent de se rendre compte de la hauteur de ses monuments. J’ai donc reculé d’environ 30m pour jouer avec la perspective : être plus loin de ces immeubles m’a permis de les rendre moins grands donc moins hauts également sur l’image.

Le travail de cette image ne s’arrête pas là puisqu’il faut ensuite la recadrer pour ne plus avoir les voitures et panneaux solaires du parking sur l’image, mais au moins, j’ai une bonne base pour travailler puisque j’ai fait attention au point de vue en amont 🙂

Ici, tout simplement une photo d’un chat. Sauf qu’un chat est beaucoup plus petit qu’un humain et donc généralement plus bas. J’ai pris la première photo à hauteur d’homme, donc en restant debout, puis une deuxième photo en m’abaissant à la hauteur du chat. Vous voyez comme la deuxième photo est bien plus belle et donne plus de détails sur le sujet et montre que je considère vraiment mon sujet ?
De plus, me mettre à la hauteur du chat m’a permis d’être plus proche. Cette proximité m’a donné plus de possibilités au niveau de la profondeur de champ, notion qui sera abordée dans les prochains articles « Conseils photo », mais pour faire court, c’est parce que je suis plus proche du sujet que j’ai pu faire un effet d’arrière-plan flou.

Pour les photos d’enfants, je vous conseille de faire de même et de vous mettre à leur hauteur. Vous verrez que changer son point de vue donne des images vraiment différentes, et vous fera voir les choses autrement 🙂

Composer avec les cadres « naturels » existants

Lorsque vous pouvez, utilisez les cadres existants. Un cadre vient, comme son nom l’indique, « encadrer » le sujet, l’entourer.

Les cadres « naturels » peuvent être : une capuche qui entoure un visage, des branches d’arbres, des cadres de porte ou de fenêtre, etc. N’hésitez pas à exploiter au maximum ces éléments à votre disposition, comme cette petite arche à travers laquelle le Parlement national de Budapest se dévoilait.

Jouer avec la symétrie

Plus haut, je vous ai parlé de la règle des tiers, et du fait que ne pas centrer le sujet permet de donner plus de force à votre image. Cependant, il y a des exceptions, notamment avec les sujets et scènes symétriques, surtout dans des photos urbaines. En effet, il y a des structures, des bâtiments et beaucoup de sujets qui sont conçus pour être parfaitement symétrique. Il est donc plutôt d’usage d’aller dans le sens de l’auteur et de photographier de manière parfaitement symétrique. Il faut alors faire attention à ce que le sujet soit bien centré, que les lignes de fuite soient symétriques, etc.

Voici ici une photo que j’ai pris dans la gare de Lyon Saint-Exupéry, la plus belle gare que je connaisse actuellement en terme d’architecture.

Astuce: pour vérifier que ses lignes de fuite sont symétriques, il faut bien sûr qu’elles partent d’un point centré ou situé sur la ligne verticale centrée, et il faut vérifier qu’elles atteignent le cadre en des points que l’on peut situer sur une même ligne horizontale.

Voici un GIF pour vous montrer ça avec la photo de la gare : la photo est quasi centrée, mais pas exactement. Evidemment, c’est vraiment difficile d’avoir une symétrie parfaite en photo à main levée, mais voici une méthode pour vérifier qu’on s’en approche 😉

DSC_0982-lyon-saint-exupery-trainstation-gare-blackandwhite-b&w-symetrie-photography-composition-tips-vaienvadrouille

Faciliter la lecture de l’image

Les conseils donnés jusqu’à présent permettent de donner de la force à l’image, mais également d’en faciliter la lecture (notamment parce qu’on cherche à mettre son sujet en valeur). Voici d’autres conseils en vrac, en lien avec les conseils précédents, pour vous aider et surtout aider le spectateur à apprécier vos images.

Tout d’abord, il faut savoir que la lecture d’une image se fait généralement (et inconsciemment) de gauche à droite. En sachant cela, il est plus prudent de structurer son image pour faciliter la lecture en ce sens même si évidemment il y aura toujours des cas où ce ne sera pas possible, notamment en photographie de rue.

Ensuite, il faut travailler sur votre sujet dans votre composition. Outre la règle des tiers, il faut prendre soin de donner de l’espace au sujet et donc ne pas faire buter le regard ou le mouvement du sujet contre le cadre. En tenant compte du sens de lecture de la photo, il est donc courant de placer son sujet sur la ligne du tiers gauche pour respecter la règle des tiers, avec un mouvement ou un regard orienté vers la droite. Il faut également faire attention à ne pas couper le sujet, d’où l’intérêt de bouger et se déplacer pour trouver un point et un angle de vue qui permette d’avoir le sujet en entier.

Enfin, il faut aider le spectateur et ne pas gêner ou dévier son regard avec des éléments perturbateurs ou qui « polluent » la photo et n’apportent rien. Ainsi, il vaut mieux :

  • éviter d’avoir des éléments devant le sujet,
  • éviter les éléments trop lumineux et/ou colorés par rapport au sujet et qui risquent de dévier le regard,
  • éviter d’avoir des éléments proche voire sur le bord du cadre de l’image (éléments bord cadre), surtout si c’est le sujet,
  • redresser l’horizon (une photo penchée gêne l’œil qui aura plus tendance à redresser mentalement l’image qu’à la regarder).

Quelques (contre-)exemples concrets

Voici quelques contre-exemples cette fois pour bien mettre en lumière les conseils ci-dessus.

Voici un portrait d’un animal (oui encore). Comme dit plus haut, la mise au point se fait sur les yeux. Or ici, l’oeil est en partie caché par un élément parasite. Il aurait fallu que je me décale juste un tout petit peu pour que le fil de la barrière ne soit pas juste devant l’oeil.

Ici, j’ai souhaité montrer la statue et un partie du monument juste derrière. Cependant, la statue (qui est sur la partie droite de la photo) a son regard et son intention qui vont vers la droite et qui donc viennent buter sur le cadre de l’image. Il aurait été plus judicieux de prendre une photo où la statue est sur la gauche de l’image, et/ou de me décaler pour la voir un peu plus de face, par exemple de 3/4.

Sur cette photo, on comprend aisément que le sujet est le paysage assez paradisiaque avec les nuances de bleu de l’eau, ses petits bungalows sur pilotis et le ciel relativement dégagé. Cependant, la photo est penchée et cela perturbe l’oeil qui, au lieu de se concentrer sur ce que montre l’image, va plutôt essayer de redresser la photo mentalement. Donc pensez bien à prendre une photo avec un horizon droit au maximum dès la prise de vue, et/ou à redresser la photo ensuite.

Eh voilà, cet article (beaucoup plus long et développé que prévu) touche à sa fin. Je pense avoir fait le tour de tout ce sur quoi je travaille lorsque je soigne ma composition, et si ce n’est pas le cas, je le complèterai et vous préviendrai. En tout cas, j’espère qu’il est compréhensible et qu’il vous aide, et si ce n’est pas le cas et que vous avez des questions ou bien des suggestions, n’hésitez surtout pas à me le dire en commentaire 🙂 Le prochain article conseils photo portera (enfin ?) sur un aspect technique avec les paramètres à régler au moment de la prise de vue. Ce sera aussi un article plutôt long, donc je prendrai un peu de temps pour vous l’écrire pour qu’il soit le plus complet possible également.

Si cet article vous a plu, vous a aidé et/ou que vous avez envie d’en savoir plus, n’hésitez pas à épingler l’image suivante sur Pinterest, à me laisser un petit mot et/ou à partager cet article !

Epinglez-moi sur Pinterest !

photographie-soigner-composition-pinterest-vaienvadrouille