Culture & Traditions, Polynésie

La Fête de l’orange à Tahiti

Le mois de juin marque le début de la saison la plus fraîche en Polynésie et des cueillettes d’oranges, fruits très appréciés ici. En cette occasion, la Fête de l’orange (anani en tahitien) est célébrée chaque année dans la commune de Punaauia, en hommage au guerrier Puna qui lui donna son nom*.

 

Vers la fin du mois de juin, les cueilleurs d’oranges se rendent au plateau des orangers dans la vallée de la Tamanu pour cueillir les fruits. Au terme de quelques jours d’ascension et de cueillette, ils redescendent et défilent pour l’ouverture de la Fête de l’orange à la mairie de Punaauia. Ils portent alors des charges d’oranges, confectionnées par leurs soins, disposées de part et d’autre d’un morceau de bambou. Malheureusement, je suis arrivée assez tardivement et je n’ai pas pu prendre de photo des cueilleurs d’orange… Moi qui voulais vous montrer la bosse qu’ils développent au niveau de la nuque ! Très caractéristique et assez impressionnante, elle accuse le poids des oranges cueillies chaque année.

Cette année, l’ouverture de la Fête de l’orange a eu lieu le samedi 25 juin à 9h30. Les cueilleurs ont ramené environ 2 tonnes d’oranges, contre 8 tonnes les autres années, ce qui s’explique par une météo défavorable cette année (sentiers dangereux). La Fête de l’orange a également été l’occasion de fêter les 25 années de jumelage entre Punaauia et la commune de Dumbéa en Nouvelle-Calédonie.

Après les porteurs de fruits (comme en peut en voir dans cet article), le défilé se poursuit avec des associations (sportives, sociales, environnementales, etc.) et un spectacle de danse (d’un groupe dont j’ai oublié le nom 🙁 ). De nombreux stands d’artisanat et d’associations sont disposés dans le hall de la mairie et aux abords du chapiteau où sont déposées les charges d’oranges, destinées à la vente après les remises des prix des différentes catégories (orange la plus mûre, la plus lourde, la plus grosse, la plus bizarre, meilleure confection artisanale de charge, et j’en passe).

 

Remarque : les voyelles des noms en italique se prononcent comme en espagnol : le ‘e’ se prononce ‘é’, le ‘u’ se prononce ‘ou’.

DSC_0802_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0820_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0883_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0816_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0813_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0815_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_1030_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

 

“Selon la mythologie polynésienne, Puna est un guerrier de sang royal rendu célèbre grâce à ses combats dans la presqu’île de Tahiti et par son idylle avec une princesse vivant parmi les oranges à la couleur rouge. C’est ainsi que la légende du guerrier Puna s’est imprimée sur les flancs des montagnes de la côte ouest, sur le bord de mer, les plateaux, les vallées et les rivières. Ancrée dans l’imaginaire de tous les Polynésiens, cette légende a donné naissance au rite de la cueillette des oranges.”*

*Source : site officiel de la Mairie de Punaauia – www.punaauia.pf

DSC_0939_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0935_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0992_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

DSC_0974_fete_orange_tahiti_Vai-En-Vadrouille

 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas assisté à la Fête de l’orange. Que pensez-vous de ce genre d’événement culturel ? Je suis pour ma part très contente de voir que notre culture est toujours vivante et qu’elle perdure à travers les générations. Je suis également très heureuse de pouvoir la partager avec vous à travers ce blog !