Conseils photo, Photographie

Apprendre à regarder

Cet article est le tout premier d’une catégorie consacrée à la photographie, avec mes réflexions et mes conseils qui sont loin d’être ceux d’un professionnel du milieu, mais ceux issus de mon expérience acquise en tant que passionnée assidue de photographie et avec mes cours d’arts plastiques en conservatoire plus jeune 😊 Merci donc d’avance pour votre indulgence si je dis des erreurs, et je vous invite à me le signaler en commentaire.

Avant d’aborder des aspects un peu techniques, je m’attarde aujourd’hui sur une notion que j’ai jugée utile d’aborder car elle est pour moi fondamentale en photographie, mais aussi en vidéo et dans tout autre art visuel : « avoir l’œil », ou savoir regarder.

Voici quelques définitions pour comprendre la suite :

  • la composition : structure de l’image et agencement de ses éléments entre eux.
  • la prise de vue (pdv) : moment où on prend la photo, depuis les réglages jusqu’au déclenchement.
  • le développement : ajustement de certains paramètres, sorte de « retouche légère » avec des logiciels (par exemple Lightroom, de la suite Adobe) pour corriger la luminosité et les couleurs essentiellement
  • le post-traitement : ce qu’on appelle plus communément « retouche », « Photoshop » (un des logiciels effectivement utilisés pour le post-traitement) et qu’on confond ou qu’on englobe souvent avec le développement. Modifications plus importantes, pour améliorer les photos (comme retirer des éléments parasites, modifier des éléments, etc), souvent dans une démarche artistique.

De l’importance du regard en photographie

Avant de s’intéresser à la technique, il est important de comprendre que « l’œil » est plus important que le matériel ou la technique. On ne le dira jamais assez, mais c’est le photographe qui fait la photo, pas son équipement. Il faut donc d’abord avoir pleinement conscience de ce qu’on voit avant de vouloir à tout prix se procurer du matériel de professionnel. Il faut même regarder plutôt que voir puisque « regarder » indique qu’il y a une volonté dans l’action, tandis que voir ne désigne que la capacité, la possibilité (c’est la même différence qu’on retrouve entre « entendre » et « écouter). Certes, un bon équipement aide beaucoup à prendre de belles photos, mais cela ne changera pas grand chose voire rien à la qualité de vos photos si vous ne savez pas regarder, puisque leur composition n’en sera pas améliorée, que le photographe ne saura toujours pas voir la beauté (une notion certes très subjective) et « saisir l’instant ». L’appareil photo ou n’importe quel équipement n’est qu’un outil qui est là pour vous servir, mais c’est à vous de régler les paramètres, cadrer le sujet, déclencher au bon moment. L’appareil ne va pas embellir la photo, il ne va faire qu’obéir.

Dans la définition donnée plus haut, vous avez pu lire que la composition est l’agencement des éléments entre eux, la structure de l’image. Si cela vous a renvoyé aux photos Instagram où tout est disposé de manière réfléchie, oubliez ça. La composition, c’est la structure de l’image, voulue ou pas, un peu comme on parlerait de structure de texte, qu’il soit soigné ou pas, volontairement ou pas. « Composition » est tout simplement le mot donné pour ça.

Photo prise avec un Nikon Coolpix, un compact numérique

Changer son regard nous empêche-t-il de « profiter de l’instant présent » ?

J’ai souvent vu des « débats » sur Internet et les réseaux sociaux à propos du fait que chercher à faire une belle photo nous empêche de vivre l’instant présent, de vivre dans la réalité mais uniquement pour les photos, la plupart du temps pour Instagram entre autres.

Mon avis sur la question est qu’au contraire, la photographie — la vraie, pas la « photo pour Instagram » — et en particulier le regard photographique nous permettent d’avoir une autre vision. On ne fait plus juste « wahou » devant un sujet et sa photo, mais on acquiert un regard critique qui nous permet de voir la beauté partout et de l’estimer à une plus juste valeur (souvent plus grande par ailleurs), de chercher comment la mettre en valeur, et donc d’y faire attention. Aussi, on peut mieux comprendre ce qu’on aime, ce qui nous émeut, ce qui nous touche. En ce sens, je ne pense pas que la photographie nous empêche de vivre l’instant présent, bien au contraire.

Apprendre à « regarder »

Tout cela doit vous sembler un peu abstrait, donc passons un peu à du concret, à la pratique. Je vous dis de « regarder », mais peut-être que vous vous demandez : « mais regarder quoi ? » Voici deux axes pour développer votre regard : prendre conscience du sujet puis prendre conscience de la photo du sujet.

Prendre conscience du sujet de la photo

Souvent le moyen plus simple pour faire de belles photos est d’avoir un sujet que l’on trouve beau. Que ce soit une personne, un paysage, un objet, une scène, nous avons tous une idée de la beauté. Cependant, il n’y a pas forcément besoin d’un sujet qui fasse « wahou », loin de là. Des beaux sujets, il y en a tout autour de vous, pour peu qu’on y prête attention. Si vous ne savez pas sur quoi porter votre regard et prendre en photo, arrêtez-vous, et observez : n’y a-t-il pas quelque chose que vous trouvez beau ou qui vous touche ? En dehors des paysages à couper le souffle, des modèles ou mannequins, ou encore des appart dignes de catalogues Maisons du monde, je vous assure que la beauté se cache partout. Il suffit d’y être attentif et à l’écoute :

un mouvement, une scène, une couleur, une forme, une ligne, une courbe, une texture,

un motif, un cadre, une perspective, un reflet, une ombre, une lumière, etc.

Cet ou ces éléments peuvent être en répétition, en superposition ou en juxtaposition, dans une logique de continuité ou de rupture, d’opposition. Observez, et je suis sûre que vous trouverez au moins une chose parmi celles que j’ai citées (et ce n’est d’ailleurs pas une liste exhaustive, sentez-vous libre). Déplacez-vous, faites jouer les formes, les ombres, etc. dans l’espace. Baissez-vous ou au contraire mettez-vous sur la pointe des pieds, décalez-vous sur la gauche, sur la droite, en avant et en arrière. Observez les éléments jouer dans l’espace.

Prendre conscience de la photo et de tous ses éléments

Après avoir pris une photo, observez-la. La première chose que vous regarderez sans doute, c’est si vous avez bien eu ce que vous vouliez prendre, que c’est dans le cadre de la photo. Maintenant, observez mieux.

Il y a souvent beaucoup plus d’éléments que vous ne le croyez. Certains sont des éléments parasites, d’autres non, ce sera à vous de juger. Voici quelques pistes d’éléments à regarder : les ombres, des bouts d’éléments qui sont coupés par le cadre de la photo, les couleurs, l’horizon (qui doit être droit), une personne que vous ne connaissez pas, le flare dû aux rayons de soleil, un panneau de signalisation parfois, des éléments colorés ou très clairs qui attirent le regard, une luminosité différente de ce que vous pouvez observer dans la réalité, de même pour les couleurs, etc. Observez, et essayez de vous détacher de votre sujet mais de regarder la photo dans son ensemble, et tous les différents éléments, comment ils sont agencés entre eux.

Regardez aussi la lumière, la luminosité, les couleurs : elles sont rarement exactement comme on les perçoit dans la réalité. La photo peut-être plus sombre ou plus claire, globalement ou localement. Les couleurs peuvent être ternes, saturées, chaudes, froides, ou bien encore un couleur peut prédominer (par exemple une photo peut tirer sur le jaune, sur le vert, le bleu, etc).

Pour vous aider, voici quelques exemples :

  • orientation portrait
  • netteté à tous les plans
  • les lignes qui dessinent le passage partent des coins en bas de la photo
  • la photo est quasiment symétrique par rapport au sujet
  • il n’y a pas de « noir absolu » (#000000) ou noir bouché comme on le dit en développement photo, ni de « blanc absolu » (#FFFFFF) ou blanc cramé (information visible uniquement avec l’histogramme de la photo, mais qu’on apprend à remarquer lorsqu’on commence à faire beaucoup de développement photo)
  • couleurs assez fidèles à la réalité, avec une dominante de jaune/vert
  • la sortie du passage est un important point de lumière par rapport au reste, et il est centré
  • le reste de l’image est plus sombre, mais lisible
  • le luminaire tout en haut est bord cadre, mais pas coupé
  • orientation paysage pour une photo de type portrait
  • netteté sur un seul plan (faible profondeur de champ en langage technique)
  • le sujet n’est pas centré. Intéressant de noter que dans les portraits, la mise au point est généralement faite sur l’œil.
  • un élément un peu flou (fil de la barrière) cache une partie de l’œil, élément net de l’image
  • le sujet global (la tête de la chèvre) est coupée par le haut et le bas du cadre de la photo
  • pas de noir bouché ni de blanc cramé
  • des couleurs qui tirent sur le jaune
  • netteté sur les fleurs, avec l’arrière-plan peu flou (profondeur de champ pas très faible) : le sujet ne se détache pas vraiment
  • il y a deux parties distinctes : la partie bleue avec le ciel, et le reste (montagnes, herbe verte + fleurs jaunes) un peu fouillis ou rien ne se détache vraiment
  • pas de noir bouché ni de blanc cramé
  • en dehors du fait que les couleurs soient le bleu, le vert et le jaune, les tonalités des couleurs sont plutôt froides

Maintenant, à votre tour de jouer ! Exercez-vous à trouver la beauté autour de vous, des sujets que vous aimez, que vous trouvez passionnants, qui vous intriguent ou qui vous apaisent. A vous également d’observer vos photos, un peu comme je l’ai fait ou bien de manière plus poussée si vous y arrivez. Pour l’instant il s’agit uniquement d’observer, pas de commenter ou de juger, d’où le fait que je ne développe pas ici le pourquoi du comment de chaque petite note que j’ai ajoutée.

Je m’arrête ici pour aujourd’hui. Dans les prochains articles, je vous partagerai mes astuces pour soigner sa composition et je vous apprendrai à passer du mode AUTO au mode MANU. Avec ces articles, vous comprendrez le pourquoi de chaque observation de mes exemples cités plus haut et vous pourrez avoir une analyse plus fine, au-delà de la simple observation (normalement). Peut-être que je vous parlerai un peu de développement photo, j’y réfléchis encore 😊

J’espère que cet article vous a plu ! Je ne sais pas si j’ai réussi à faire passer le message principal, c’est-à-dire regarder les choses telles qu’elles sont d’une part et telles que vous les percevez d’autre part, et étayer votre sens de l’observation. Bien sûr, ce n’est pas un enseignement absolu, mais c’est ce que j’ai jugé utile d’aborder d’après ma réflexion photographique. Vous pouvez bien évidemment avoir une autre réflexion, et je serais ravie d’échanger dessus en commentaire si vous voulez. Si cet article attise votre curiosité, vous plaît et/ou que vous avez envie d’en savoir plus, rendez-vous au prochain article « Photographie », et n’hésitez pas à mettre un « ❤️Like » et à épingler l’image suivante sur Pinterest 😉

photographie-apprendre-regarder-pinterest-vaienvadrouille