Provence, Week-end

Un long week-end dans le Luberon

Cet été, je n’ai pas de vacances et je profite donc de mes week-ends pour prendre l’air et faire comme si j’étais en vacances, en particulier lorsque j’ai 3 ou 4 jours de week-end. Autant vous dire que mai était le mois idéal pour ça avec ses 3 longs week-ends, et j’en ai profité pour visiter avec l’Amoureux une partie du sud-est de la France : le Luberon dans le département du Vaucluse. Voici notre carnet de voyage et quelques infos pratiques en fin d’article 😊

Jour 1 — Roussillon et le Sentier des ocres

Mercredi, soirée agitée avec les milliers voire millions de voyageurs qui partent en vacances, dont moi. Trains et bus en retard, j’arrive à Grenoble beaucoup plus tard que prévu, exténuée. Jeudi matin, réveil tardif. On charge la vieille 306 et on y va pour 3h de route a priori. L’excitation est là, l’ébahissement toujours présent face aux monts du Vercors qui s’élèvent fièrement et nous saluent le long de l’autoroute. Les albums de Daft Punk s’enchaînent puis on prend une pause au bout de 2h près de notre chemin, à tout hasard au lac de Pelleautier qui a fait son petit effet avec son reflet miroir, puis nous sommes repartis avec l’espoir d’arriver pas trop tard pour pouvoir déjeuner à Roussillon.

On arrive à 14h, presque 2h plus tard que prévu (en grande partie parce que je n’ai pas très bien rempli mon rôle de copilote et qu’on s’est trompés plusieurs fois de chemin). Qu’importe, ce sont les « vacances ». Par contre, on remarque que tous les parkings sont payants, et on poursuit la route jusqu’à trouver un coin à l’ombre gratuit, et nous avons bien fait : nous en avons trouvé un à peine 200 ou 300m après « le » parking, en contrebas du village, où des familles pique-niquaient déjà. Sandwiches faits maison, gâteaux, quelques gorgées d’eau, puis nous voici arpentant les quelques rues de Roussillon.

Roussillon est un village plutôt connu car il est classé parmi les plus beaux villages de France et parce qu’il est à côté du Sentier des ocres, une des  principales attractions du Luberon. Il est donc très touristique, mais nous avons eu la chance de ne pas voir les rues trop noires de monde en cette fin de mois de mai. Couleurs chaudes, lavande, et spécialités provençales : nous sommes bien dans le sud-est !

Après avoir déambulé dans quelques rues et résisté à l’appel des sorbets par cette chaude journée, on part découvrir le Sentier des ocres, dont nous avons déjà un très joli aperçu depuis Roussillon avec les falaises orangées qui s’élancent sur le panorama on ne peut plus vert. L’entrée est payante et peut être couplée avec celle du conservatoire des ocres, mais nous choisissons uniquement la première option. Nous avions vu que le plus long parcours se faisait rapidement, et effectivement, le temps annoncé est large et compte le temps de s’attarder aux différents points d’intérêt et de prendre beaucoup de photos. Nous aurions aimé un parcours plus long, et des points d’intérêt qui portent mieux leurs noms pour certains, mais c’était déjà une très belle découverte pour ces premières heures dans le Luberon, avant de rejoindre notre camping.

Jour 2 — Visite de Gordes

Le lendemain, le programme est léger car le matin, nous avons des « obligations familiales » si je puis dire ça comme ça (mon père arrivait en France pour un stage sportif, nous avons été l’accueillir et l’emmener sur le lieu du stage). Nous avons ensuite fait des courses pour les différents repas du week-end, et bien que nous avions prévu un programme un peu plus sportif avec les gorges de Régalon, nous avons visité le fameux village de Gordes l’après-midi car la météo était plus clémente (comprendre : il faisait beaucoup moins chaud que les autres jours, donc nous avons préféré réserver les gorges pour un jour de forte chaleur).

Comme Roussillon, Gordes est également classé comme un des plus beaux villages de France et on comprend pourquoi quand on s’en approche. Perché à flanc de montagne, les visiteurs ont une très belle vue d’ensemble de ses bâtisses, ruelles et jardins. C’est cependant la dernière vue que nous avons eue car nous sommes arrivés par le chemin qui arrive de l’autre côté du village avant de nous laisser guider par les ruelles presque vides, au contraire des points de vue panoramiques. Je ne vous cacherai pas cependant que j’ai préféré Roussillon, peut-être parce que j’ai été plus sensible à ses couleurs chaudes qu’aux pierres blanches de Gordes.

Aux alentours de Gordes se trouve l’abbaye de Sénanque, également très réputée mais il était déjà tard lorsque nous pouvions y aller, donc nous avons préféré rentrer et nous reposer, et faire un tour à l’apéro organisé par le camping où nous nous étions clairement les « petits jeunes » 😅.

Jour 3 — Moulin à huile, Lourmarin et gorges de Régalon

En ce samedi, nous avons choisi un programme un peu plus chargé que la veille avec notamment la visite d’un moulin à huile d’olive à quelques minutes en voiture à peine de notre camping, un saut à Lourmarin, très joli village pas très loin également, puis les gorges de Régalon l’après-midi pour se rafraîchir.

Le matin, direction le moulin à huile d’olive Bastide du Laval à Cadenet. Honnêtement, je vais vous dire quelque chose : je ne suis pas très au fait des techniques industrielles concernant l’huile d’olive (un comble pour quelqu’un qui a suivi une spécialité en automatique en l’école d’ingé !), et je pensais voir quelque chose qui ressemble à un moulin. Que nenni ! En arrivant, nous apercevons une belle bâtisse claire après avoir longé une oliveraie. Le premier espace en entrant est la boutique de la Bastide du Laval. Evidemment, beaucoup d’huiles d’olive différentes, mais également des produits régionaux. Nous continuons vers le deuxième espace, investi à partir de ce jour-là par une exposition photo sur le village de Cadenet. L’exposition se poursuit dans le 3ème espace de la Bastide, celui du moulin à proprement parler, qui n’est pas en fonctionnement à cette époque de l’année (il est en route plutôt entre novembre et mars si ma mémoire ne me fait pas trop défaut). La visite est gratuite et des panneaux explicatifs et numérotés instruisent les visiteurs sur les coulisses de la production de l’huile d’olive et avec l’Amoureux, nous profitons d’être seuls pour prendre notre temps pour tout comprendre. Si besoin, il est toujours possible de demander un peu plus d’explication par ailleurs. Nous avons poursuivi par une dégustation des différentes huiles d’olive de la Bastide du Laval, et énorme surprise : les huiles ont vraiment des goûts différents ! C’est la première fois que j’arrivais à considérer de l’huile d’olive sur du pain comme un apéro à part entière à vrai dire. Suivant le degré de mâturité des olives et la période de leur récolte, les huiles n’ont pas du tout le même goût ni la même utilisation. Je suis vraiment contente de l’expérience, moi qui ne suis pas une fan d’olive. Nous avons fait un tour dans les oliveraies du moulin, sur des plateaux en hauteur (une petite marche avec un très beau panorama à la clé) avant de repasser à la boutique pour acheter de l’huile d’olive.

Avant de rentrer déjeuner, nous avons fait un tour à Lourmarin, qui fait également partie des plus beaux villages de France (décidément, ce n’est pas ce qui manque dans le Luberon 😉 ). Ici, le parking est gratuit (je trouve ça important de le noter, ça ne nous est pas souvent arrivé d’en trouver) et vous pouvez cueillir des cerises sur leurs arbres, un peu partout dans le parking. Après un passage par les rues les plus peuplées de terrasses et de touristes en ce midi, nous prenons les ruelles où de nombreux chats prennent plaisir à se prélasser. Les façades sont mignonnes, parfois couvertes en partie de lierre ou je ne sais quelle plante grimpante. Si vous explorez assez les ruelles, vous tomberez peut-être sur une fontaine vieille de quelques siècles.

Un petit saut par le camping pour déjeuner puis nous voilà repartis pour chercher un peu d’air frais en cette journée qui aurait pu être qualifiée de caniculaire. Nous sommes alors en route pour les gorges de Régalon. Si vous voulez un conseil : ne faites pas confiance à Google maps pour les trouver, vous vous perdrez sûrement comme nous ! Nous avons rapidement retrouvé la bonne route, mais nous avons eu du mal à trouver le point de départ de la petite randonnée (elle se situe à gauche du parking, le panneau est un peu caché). Après quelques centaines de mètres à travers arbres et plants d’olivier, nous apercevons les montagnes avant d’arriver dans leurs entrailles. Fraicheur et  sentiment d’être minuscule : voici les mots qui résument le mieux cette folle randonnée. Une fois les gorges traversées, vous pouvez poursuivre la marche avec les différents parcours proposés, dont un qui fait une bonne demi-journée en plus. Nous avons pris un petit parcours d’1h qui surplombe en partie les gorges, à travers le maquis. C’était vraiment beau, mais nous avions hâte de repasser par les gorges pour retrouver des températures supportables.
C’est vraiment une bonne balade à faire, avec des passages où vous devrez vous aider de vos mains pour grimper sur des rochers assez haut, donc à éviter avec des très jeunes enfants.

Sur le retour, l’Amoureux m’a proposé de m’arrêter au bord d’un champ de coquelicots repéré sur le chemin de l’aller, la jolie surprise pour moi qui m’extasie à chaque fois que j’en vois sur le chemin, c’est-à-dire tout le temps ! Je ne souhaitais pas prendre de photos au milieu des fleurs car je ne voulais pas en écraser juste pour ça, mais il y avait un chemin (autre que les piétinements des touristes), et je pouvais donc faire des photos l’esprit tranquille (oui, je n’aime pas lorsque les gens sortent des sentiers battus et piétinent la flore juste pour prendre des photos).

Pour conclure cette belle journée, nous avons dîné au restaurant Le Dix’Vin à Cadenet, sur une terrasse panoramique avec des produits frais à souhait : un bonheur pour moi qui adore le poisson ! Nous avons ainsi fêté l’anniversaire de l’Amoureux et ce merveilleux week-end qui était un peu nos « petites vacances » 😊

Jour 4 — Colorado provençal et derniers villages

Dernier jour dans le Luberon. On vide et nettoie notre logement avant de rendre les clés au camping. Nous commençons par nous rendre au Colorado provençal de Rustrel, plus grand que le Sentier des ocres d’après les commentaires lus sur Internet. On s’acquitte des 5€ de parking, on chausse nos chaussures de marche et on part… à 11h15 par plus de 30°C. Des vrais fous, et je vous déconseille de faire ça. Enfin, d’aller marcher dans une ancienne carrière d’ocre à cette heure là par cette température, mais à un autre moment par exemple en début de matinée, ça doit être parfait. Je vous détaillerai un peu plus cette activité avec le Sentier des ocres dans un prochain article avec plus de photos, mais je peux déjà vous dire une chose : ça vaut le coup d’y aller !

Nous avons pique-niqué sur une des tables à disposition dans le parking, avant de reprendre la route non pas pour rentrer tout de suite, mais pour faire une halte à Fontaine-de-Vaucluse et L’Isle-sur-la-Sorgue, deux villages dans l’ouest du Luberon, et qui m’ont été conseillés.

Fontaine-de-Vaucluse, village autrefois appelé simplement Vaucluse, tient son nom de la source qui jaillit à proximité au pied d’une falaise (accessible en moins de 10min à pied). Cette fontaine, l’un des sites naturels les plus visités du Luberon, est la plus puissante de France, et la 5ème du monde, rien que ça ! J’ai été impressionnée par la taille de la grotte de cette source, parce qu’elle ne rendait pas aussi grande sur les photos que j’avais pu voir avant, et l’eau est d’une clarté bleue incroyable. Elle s’écoule ensuite dans une rivière qui traverse le village, et au bord de laquelle j’ai pris plaisir à tremper mes pieds tellement il faisait chaud, un sorbet à la main. Nous avons également visité le moulin à papier mais n’avons pas visité le village à proprement parler, la fatigue et la chaleur me donnant envie de rentrer à Grenoble rapidement. Nous avons quand même fait un détour par L’Isle-sur-la-Sorgue car l’Amoureux préférait rentrer plus tard pour éviter les embouteillages. Nous avons longé la Sorgue sur chaque rive possible et avons cherché désespérément un moyen d’avoir une fourchette pour notre dernier repas pique-nique (et nous en avons chipé une à une terrasse, je sais c’est mal 😖). Pique-nique au bord de l’eau à proximité de L’Isle-sur-la-Sorgue, sur le site Le Partage des Eaux, et nous disons au revoir au Luberon, cette très belle région de France que nous avons adoré visiter 😊

Infos pratiques

Le Luberon compte de nombreux villages classés parmi les plus beaux villages de France, et chacun est différent (en témoignent les photos de Gordes, Lourmarin et Roussillon).

Vous trouverez beaucoup d’endroits où pique-niquer, proche de plans d’eau, de cours d’eau, de sites naturels, etc.

Pour ceux qui aiment pédaler, il existe 5 circuits balisés. Vous trouverez les documents gratuitement dans les offices du tourisme.

Tout ou presque est payant : les parkings, les toilettes, les visites, etc. Il est important de le savoir et il faut donc toujours avoir de la monnaie sur soi. Cependant, dans les villages vous trouverez toujours une alternative gratuite pour le parking si vous marchez un peu.

Nous avons logé dans le camping Le Moulin à vent à Cucuron (village où a été tourné Le Hussard sur le toit, je l’ai appris il y a peu !).
Il y a des emplacements, des bungalows mais aussi des coco sweets, tout nouveau type de location, moins chère que les bungalows. Nous avons opté  pour un coco sweet, plus confortable que notre tente 2 secondes.
Le personnel du camping est vraiment sympa et à l’écoute, et nous vous le recommandons fortement !

Nos activités dans le Luberon

Adresse : Avenue de la Burlière, 84220 Roussillon

Horaires d’ouverture : variable au cours de l’année, consulter le site internet

Tarifs :
Adulte 2,50€
Groupe adultes 1,50€/pers (à partir de 15 personnes)
Gratuit pour les -10 ans, les accompagnateurs guides, les chauffeurs, les personnes handicapées et leurs accompagnants.
Tarif couplé Sentier des Ocres / Usine d’Ocre Mathieu : 7,50 €

Site internet : www.provenceguide.com

Adresse : Chemin de la Royère, 84160 Cadenet

Horaires d’ouverture : du lundi au samedi de 10h à 13h et de 15h à 19h

Tarif : gratuit

Site internet : www.bastidedulaval.com/fr / luberon.fr

Les gorges de Régalon sont situées dans la commune de Cheval-Blanc (à retenir lorsque vous chercherez l’adresse sur votre GPS). Les chiens y sont interdits. La difficulté est plutôt moyenne, il y a des rochers à escalader et vous pouvez poursuivre votre randonnée par différents circuits après les gorges, ou bien faire le retour directement par les mêmes gorges.

Je ne m’aventurerai pas à fournir des informations qui pourraient vous induire en erreur sur le parcours et la nature de la rando, donc je vous mets quelques liens :

CarnetsDeRando.net

VisoRando.com

Luberon.fr

Adresse : 84400 Rustrel

Tarif :
Moto : 2€
Voiture : 5€
Camping-car : 8€/journée et 4€/nuit
Minibus : 12€
Car : 30€

Horaires : Eté ouvert tous les jours de 8h à 19h. Hors saison horaires variables, se renseigner.

Site internet : www.colorado-provencal.com

A faire/à voir dans le Luberon : autres idées

☐ Abbaye de Sénanque (Gordes)

☐ Caves du palais de Saint-Firmin (Gordes)

☐ Château de Lourmarin

☐ Château de Saint-Saturnin-lès-Apt

☐ Fort de Buoux

☐ Marché d’Apt le samedi matin

☐ Mines de Bruoux

☐ Village des Bories (Gordes)

☐ Visite d’ateliers d’artisans

☐ Visite de moulins (huile d’olive, farine, eau, etc)

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, vous en trouverez sûrement plein d’autres sur Internet ou dans les offices du tourisme 😊

J’espère que ce carnet de voyage vous a plu. Je publierai un autre article avec plus de photos des ocres (Sentier des ocres et Colorado provençal), ainsi qu’une vidéo pour compléter les photos et illustrer certains propos d’aujourd’hui dont les images manquent 😅

Alors, que pensez-vous du Luberon ? Est-ce que vous y êtes déjà allés ? Pour ma part, ce petit séjour a conforté mon idée que la France est vraiment un magnifique pays, et qu’elle mérite qu’on prenne du temps pour vraiment la découvrir 😊